Hydrocarbures : Le Maroc prépare un plan logistique

Le 2è sommet marocain du pétrole et du gaz entame ses travaux à Marrakech

Le Maroc se penche sur l’élaboration d’un plan national pour le développement de la logistique inhérente à l’organisation du stockage, de la distribution et du transport dans le domaine des hydrocarbures (charbon, gaz, produits pétroliers,…), a déclaré, le 6 février à Marrakech, le ministre de l’Energie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rebbah.

S’exprimant à l’ouverture du 2è sommet marocain du pétrole et du gaz (6-7 février), le ministre a expliqué qu’en vue d’encourager l’investissement et la compétitivité dans le secteur des hydrocarbures, le Royaume va notamment procédé à l’élaboration et à la révision du cadre législatif en partenariat avec les opérateurs privés, et à l’instauration d’un nouveau système de gestion du stock de réserve et de son financement dans le cadre d’un partenariat entre les secteurs public et privé.

M. Rebbah a relevé que le Maroc dispose de plus de 900.000 m2 de bassins sédimentaires contenant divers systèmes géologiques et pétroliers, notant que le nombre de puits forés jusqu’à présent dans le Royaume s’élève à 351, dont 44 en mer.
Le ministre a, d’autre part, indiqué que le secteur de l’énergie figure parmi les secteurs productifs vitaux, en ce sens qu’il contribue de manière tangible au produit intérieur brut (environ 5%) et à la création d’un nombre important d’emplois (environ 40.000), à travers des investissements colossaux, et constitue aussi un pôle de développement aux niveaux local et régional.

Dans ce sillage, M. Rebbah a souligné que les investissements prévisionnels dans le secteur de l’énergie à l’horizon 2030 sont estimés à 40 milliards de dollars, dont près de 30 milliards de dollars dans des projets de production d’électricité à partir de sources d’énergie renouvelables, ce qui représente de grandes opportunités d’investissement pour le secteur privé national, régional et international.

Organisé par l’Office national des hydrocarbures et des mines (ONHYM) en collaboration avec IN-VR Oil & Gas, ce 2è sommet marocain du pétrole et du gaz se veut une occasion pour discuter des questions clés relatives à l’exploration pétrolière et gazière au Maroc, du potentiel onshore et offshore de la façade atlantique et de la Méditerranée, des opportunités d’investissement, ainsi que des enjeux énergétiques africains.

Au menu de cette rencontre d’envergure internationale, à la quelle prennent part également des représentants des partenaires de l’ONHYM, figure une série d’exposés axés notamment sur la stratégie de promotion et d’investissement de l’Office national des hydrocarbures et des mines, les opportunités d’exploration actuelles et futures et le potentiel offshore et onshore du Maroc, et l’exploration d’hydrocarbures non conventionnelle au Maroc: l’état et la prospectivité.

Le programme prévoit aussi plusieurs présentations, des débats et un panel de clôture autour des « stratégies, synergies, enseignements à tirer et l’impact de l’industrie pétrolière et gazière sur la stratégie énergétique du Maroc et ses résultats économiques », outre des exposés sur le potentiel malien du pétrole et « les découvertes du pétrole et du gaz, les opportunités d’exploration disponibles au Sénégal ».