Des experts et des acteurs économiques ont souligné, récemment à Casablanca, que la promotion de l’efficacité énergétique, l’un des grands objectifs de la stratégie énergétique nationale, contribuera à valorisation du potentiel exceptionnel dont bénéficie le Maroc en énergies renouvelables (hydrauliques, éoliennes, solaires ou marines).
S’exprimant lors d’une conférence organisée sur le thème « Transition Energétique : Enjeux et défît » par l’Institut Supérieur des Etudes Maritime (ISEM) en marge de la 2ème édition du Forum ISEM-Entreprise, les participants ont fait savoir que le développement des énergies renouvelables et la promotion de l’efficacité énergétique, principaux objectifs de la stratégie énergétique nationale, permettront de garantir le renforcement de l’indépendance énergétique du Royaume, la réduction de sa facture énergétique et la valorisation de son potentiel exceptionnel en énergies renouvelables hydraulique, éoliennes, solaires et marines.
« Considérée actuellement comme quatrième énergie après les énergies fossiles, les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire, la question de l’efficacité énergétique, est à même de réduire la dépendance énergétique et d’économiser considérablement l’énergie consommée, sous toutes ses formes, offrant ainsi un gisement inépuisable pour les différents secteurs économiques », a affirmé le président directeur général de Nareva Holding, Ahmed Nakkouch.
Il a, dans ce sens, mis l’accent sur l’importance de l’efficacité énergétique pour la réduction de la facture énergétique nationale, la protection de l’environnement, mais aussi pour le développement économique, en particulier pour un pays comme le Maroc où les importations couvrent la plus grande partie des besoins en énergie.
Mostapha Tarfaoui, enseignant chercheur à l’Ecole Nationale Supérieure de Techniques Avancées de Brest (ENSTA) a indiqué pour sa part que « le Maroc qui dispose de ressources importantes marines que ce soit au niveau des vagues ou celui du vent est appelé à exploiter ces potentialités surtout en cette période de crise énergétique tout en contribuant à l’effort planétaire de lutte contre le réchauffement climatique ».

Les énergies renouvelables marines peuvent apporter une contribution à la diversification du bouquet énergétique mondial et constituent de ce fait un nouveau chantier à investir pour accompagner la transition énergétique, a-t-il relevé, notant que le milieu marin est particulièrement exigeant et agressif (corrosion due au sel, forces des courants et des tempêtes), ce qui rend nécessaire l’investissement dans la recherche et développement afin d’améliorer les technologies existantes et d’évaluer la faisabilité de certains projets sur le moyen-long terme.