Total Maroc vient de mettre en service de la station-service autoroutière Atlantis, située sur l’axe Tanger-Rabat, à proximité de Larache, la première station-service du Royaume au concept Mobility.
D’une superficie de 3000 m2 et représentant un investissement de 20 millions de dirhams, Atlantis est la 338ème station et la 10ème autoroutière du réseau Total au Maroc, avec 40 emplois créés.
Pour l’occasion, Tarik Ameziane Moufaddal, Directeur Général de Total Maroc y a accueilli officiellement Mohamed Ghazali, Secrétaire Général du ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, et Anouar Benazzouz, Directeur Général des Autoroutes du Maroc.

La station Atlantis propose une offre multi-services pour les automobilistes avec trois îlots de distribution de carburants nouvelle génération Total Advanced et Total Excellium, ainsi qu’une baie d’entretien Total Quartz Auto Service.
La station Atlantis est une station éco-responsable, avec notamment 60 panneaux solaires, d’une surface totale de 320 m2, couvrant 30 % de l’énergie nécessaire au fonctionnement de la station (50e station solarisée du réseau Total au Maroc).
Elle comprend aussi 3 cuves de carburant à double paroi, équipées de détecteurs de fuites, à la pointe de la technologie, un mécanisme de recyclage des eaux et des huiles usées au niveau de la baie d’entretien et une borne de recharge pour les véhicules électriques (17e station du réseau Total au Maroc à être équipée de bornes de recharge électrique pour véhicules).

La nouvelle station arbore par ailleurs le nouveau concept Mobility que Total déploie progressivement dans son réseau de distribution à travers le monde. Grâce à ce concept innovant, ouvert à toutes les mobilités, le Groupe répond aux tendances du marché et aux besoins qu’expriment ses clients.
Depuis l’extérieur, sur la piste, jusqu’à l’intérieur de la boutique, les clients sont accueillis au sein d’univers qui privilégient la fluidité de circulation aussi bien pour un achat rapide en libre-service ou en caisse que pour une véritable pause au sein d’un espace détente et bien-être accueillant.

De nouveaux produits et services sont proposés dans les corners dédiés, « Énergie », « Mobilité » et « Café Bonjour », qui permettent de répondre aux nouvelles attentes de bien-être, de détente et de « mieux se restaurer ».
Une boutique Bonjour offrant de nombreux produits et un large rayon jouets pour le plaisir des plus jeunes, un restaurant Burger King – premier du genre dans le réseau Total au Maroc – ainsi qu’un corner Starbucks viennent compléter l’offre diversifiée que propose cette station nouvelle génération.

Dar Dyafa, un nouveau concept de restauration marocaine authentique, alliant hospitalité, convivialité et savoir-faire artisanal, est un nouvel espace de restauration marocaine. Ce concept propose aux clients une carte complète de plats marocains raffinés, avec un service à table, dans un cadre chaleureux et décoré de pièces artisanales marocaines. En phase avec les attentes des familles marocaines, Dar Dyafa offre une expérience culinaire inédite en station, « comme à la maison », dans un cadre d’exception.
Enfin, dans le souci de protéger l’ensemble de ses parties prenantes, Total Maroc continue à mettre en œuvre, dans l’ensemble de ses sites et stations, les mesures sanitaires et gestes barrière nécessaires pour éviter la propagation du virus Covid-19.

Présent au Maroc depuis plus de 90 ans, Total Maroc est un acteur majeur sur l’ensemble du marché des produits pétroliers : réseau de stations-service, clients industriels, lubrifiants, aviation, GPL et logistique.

Le secrétaire d’État britannique aux affaires, à l’énergie et à la stratégie industrielle, Alok Sharma, a salué le leadership du Maroc dans l’action climatique, exprimant le souhait de bénéficier de son expérience réussie lors de l’organisation de la 22e conférence mondiale sur le climat (COP22).

Au cours d’un entretien virtuel tenu récemment avec le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement Aziz Rabbah, le responsable britannique et président de la COP26 a félicité le Royaume pour ses accomplissements lors de l’organisation et la présidence de la COP22 en 2016.

Mr Rabbah a de son côté insisté sur la nécessité de se concentrer sur le suivi et l’évaluation des initiatives prometteuses lancées depuis la COP22, y compris celles du Bassin du Congo, du Sahel, d’accès à l’énergie et bien d’autres, et d’intensifier les efforts pour faire avancer les négociations multilatérales afin d’avoir une vision claire et globale avant la COP26.

Mettant en avant l’importance de la coordination avec l’Union-africaine en tant qu’organisation régionale, le ministre a relevé que la 26ème session de la Conférence sur le climat doit être un tournant vers des progrès réels et tangibles, notamment en matière de financement, selon un communiqué du ministère.

Le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement a en outre souligné le besoin de considérer davantage les pays en récession suite à la crise pandémique et les liens entre la pandémie de Covid-19 et le changement climatique qui doit être au centre des plans de développement nationaux.

Au cours de cet entretien, la question de l’engagement des pays développés à un montant de 100 milliards de dollars par an a été soulevée, en référence au rôle du Royaume-Uni et des organisations internationales dans l’appui aux pays africains en matière de financement et d’expertise technique.

A l’issue de la réunion, les deux responsables ont exprimé conjointement l’espoir que le partenariat stratégique entre le Maroc et le Royaume-Uni constitue une opportunité pour développer des actions concrètes en matière de lutte contre le réchauffement climatique.

Taqa Morocco, filiale du groupe Taqa, a procédé à la réalisation d’une émission obligataire par placement privé pour un montant total de 2,7 milliards de dirhams auprès d’investisseurs qualifiés.

Taqa Morocco se donne les moyens de diversifier ses sources de financement et d’institutionnaliser davantage ses partenaires financiers. L’opérateur a, en effet, annoncé avoir procédé à la réalisation d’une émission obligataire par placement privé pour un montant global de 2,7 milliards DH auprès d’investisseurs qualifiés.

En plus des deux objectifs sus-cités, cette opération a pour finalité de soutenir la création de valeur existante.

Structurée en une seule tranche négociable de gré à gré et remboursable par amortissements semestriels linéaires en 36 échéances, cette opération s’étend jusqu’à mars 2038. Notons que pour la concrétisation de cette émission obligataire, Taqa Morocco a été accompagnée dans cette opération par Upline Corporate et URG Partners en tant que conseillers financiers.

La partie juridique a, d’autre part, été assurée par Naciri & Associés Allen & Overy.

L’agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), l’Office national de l’électricité et de l’eau potable(ONEE), EDF Renouvelables et Mitsui & Co ont annoncé, le 9 septembre, que les conditions sont ‘’toutes réunies’’ pour le lancement de la construction de la première phase du parc éolien de Taza, situé à environ 15 km au nord-ouest de la ville.

Cette première phase, composée de 27 éoliennes, totalise une capacité de 87 MW, sur les 150 MW que comptera ce parc éolien.

Le démarrage des travaux fait suite à la finalisation des différents accords et contrats avec les entités publiques marocaines, parties prenantes -l’ONEE et MASEN- et à la mise en place des financements apportés par les banques internationales (Japan Bank for International Cooperation –JBIC), (Nippon Export and Investment Insurance -NEXI), (Sumitomo Mitsui Banking Corporation -SMBC), MUFG Bank, ainsi que la banque marocaine Bank of Africa.

Le montant d’investissement relatif à cette première phase s’élève à environ 1,5 milliard de dirhams, relève la même source, précisant que les partenaires EDF Renouvelables et Mitsui & Co représentent respectivement 60% et 40% des intérêts privés dans le projet et détiendront ensemble 65% du capital de la société de projet. La partie publique marocaine, représentée par l’ONEE, MASEN et le Fonds Hassan II, détiendra 35%.

‘’Pendant la période de construction, qui mobilisera environ 500 personnes, et tout au long de son exploitation, le parc éolien de Taza contribuera au développement économique et social de la région’’, se félicite MASEN.

À sa mise en exploitation, début 2022, la production du parc sera équivalente à la consommation électrique annuelle de 350.000 personnes, soit environ 70% de la population d’une province telle que Taza.

Le futur parc éolien de Taza s’inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique du Royaume du Maroc, qui vise à porter de manière progressive et continue la part des énergies renouvelables dans le mix électrique à 52% d’ici 2030.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) vient d’achever, avec son homologue espagnol Red Eléctrica d’España (REE), le colmatage du câble de réserve n°4 de l’interconnexion Maroc-Espagne suite à la légère fuite d’huile diélectrique biodégradable détectée au niveau de ce câble le 30 juillet dernier.

Dès la survenue de l’incident, l’ONEE et REE ont mobilisé tous les moyens techniques et humains nécessaires pour effectuer la réparation en tenant compte de la profondeur du point de la fuite (environ 200 m) qui a rendu l’opération de colmatage relativement complexe, indique l’Office dans un communiqué.

Les deux liaisons qui constituent l’interconnexion entre le Maroc et l’Espagne ont été remises en service après une courte indisponibilité de quelques heures, nécessaire pour des raisons de sécurité pendant les travaux de colmatage, fait savoir la même source, soulignant que cette indisponibilité n’avait pas d’impact négatif sur la gestion des systèmes électriques marocain et espagnol.

L’interconnexion électrique entre le Maroc et l’Espagne, qui est un ouvrage commun de l’ONEE et REE avec une capacité de transit de 2 x 700 MW, est constituée de deux liaisons 400 kV, mises en service respectivement en 1997 et 2006. Ces liaisons sont elles-mêmes composées de sept câbles (trois pour chaque liaison, plus un de réserve) reliant la station terminale de Fardioua, côté Maroc à la station terminale de Tarifa côté Espagne.

Le directeur général de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et président de l’Union Arabe de l’Electricité (UAE), Abderrahim El Hafidi, a présidé le 9 septembre, lors d’une réunion par vidéoconférence, la 53e réunion du Conseil d’administration de l’Union, avec la participation des directeurs généraux des compagnies d’électricité arabes, membres de l’UAE.

Cette réunion a eu lieu après la dernière tenue à Tanger le 29 janvier, où il a été décidé de tenir la prochaine réunion du Conseil d’administration en avril dernier, mais les circonstances résultant du COVID-19 ont empêché son organisation.

Après avoir été porté président de l’UAE, l’ONEE a proposé la modernisation des structures et des mécanismes et l’organisation de l’Union afin d’accompagner les profondes mutations que connaît le secteur de l’électricité aux niveaux mondial, régional et national.

Ainsi, un groupe de travail présidé par l’ONEE a été chargé de préparer une étude qui a permis de restructurer l’Union et définir un nouveau modèle pour son développement.

Un plan d’action a été élaboré, lors de la dernière réunion, pour déterminer les futures actions de l’UAE. Le statut de l’Union a été également amendé et approuvé, conformément aux mises à jour approuvées. En outre, il a été procédé à la modification des règlements intérieurs et à la restructuration organisationnelle de l’Union, ainsi qu’à la préparation des descriptions des postes du secrétaire général, des experts et des employés.

En outre, une charte détaillée a été élaborée pour déterminer les missions et les travaux des comités de l’Union, ce qui lui permettra d’adopter le nouveau modèle.

Au cours de la réunion du Conseil d’administration, les résultats du processus de sélection d’un nouveau secrétaire général de l’UAE ont été approuvés, après étude des dossiers des candidats parmi les membres.

Grâce à ces réalisations accomplies sous la présidence du Maroc, l’UAE a réussi à atteindre ses objectifs pour développer un nouveau modèle afin de faire face aux défis imposés par les profondes mutations du secteur électrique au niveau mondial.

Créée en 1987, l’UAE compte parmi ses membres la majorité des entreprises électriques des pays arabes.

Basée à Amman en Jordanie, l’UAE a pour mission principale le renforcement et le développement du secteur électrique dans les domaines de la production, du transport et de la distribution. Elle coordonne également les centres d’intérêt des pays membres et joue un rôle de facilitateur des échanges et actions de coopération entre eux.

L’Union compte 19 pays membres, à savoir l’Algérie, l’Arabie Saoudite, le Bahreïn, l’Egypte, les Emirats Arabes Unis, l’Irak, la Jordanie, le Koweït, le Liban, la Libye, le Maroc, la Mauritanie, la Palestine, le Qatar, le Soudan, le Sultanat d’Oman, la Syrie, la Tunisie et le Yémen.

Les travaux de l’UAE sont menés par 6 commissions chargées de la planification, de la coordination d’exploitation des interconnexions arabes, des énergies renouvelables, de l’ingénierie et production, des ressources humaines et de la distribution.

Le Maroc est déterminé à faire face aux changements climatiques et aux impacts du Covid-19, en repensant l’ensemble du modèle de développement et en redéfinissant les plans et programmes sectoriels, notamment en matière d’énergie propre, y compris l’hydrogène vert, d’industrie, de santé, d’éducation, d’agriculture et de développement des territoires, a souligné le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah.

Lors de sa participation à la réunion internationale ministérielle virtuelle pour la « Relance durable et résiliente dans le contexte du Covid-19 », co-organisée par le gouvernement japonais et le secrétariat exécutif de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, M. Rabbah a réaffirmé que le Maroc est engagé, dans le cadre de la consolidation de l’esprit de solidarité régionale et internationale, à apporter un soutien aux initiatives internationales, régionales et africaines pour le développement durable, la conservation et la valorisation de la biodiversité, l’accès à l’énergie, le développement social et l’agriculture durable.

M. Rabbah a indiqué que « le processus du plan de relance doit être entrepris à trois niveaux : régional, national et international, tout en veillant à leur interconnexion en se basant sur un nouveau système de coopération et de partenariat international ».

Il a, en outre, mis en avant la nécessité de maintenir le dynamisme actuel pour soutenir la gestion de l’impact immédiat de la double crise climatique et sanitaire, et qui aidera à construire un système résilient à même de permettre de lutter contre les chocs futurs.
Cette réunion a connu la participation de MM. António Guterres, secrétaire général des Nations Unies et Abe Shinzo, premier ministre du Japon et de Mme Patricia Espinosa, secrétaire exécutive de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique, ainsi que d’une trentaine de ministres et représentants d’acteurs non étatiques internationaux.

L’objectif était de lancer une plate-forme en ligne pour une relance durable et résiliente du Covid-19, qui se veut un hub rassemblant les bonnes pratiques en termes de politiques et actions climatiques et environnementales à la suite du Covid-19.

A l’issue de la réunion ministérielle, l’ensemble des pays participants ont soutenu l’initiative japonaise et ont mis l’accent sur l’impératif d’inscrire l’urgence climatique, l’harmonie dans la relation de l’homme avec la nature, l’investissement dans les infrastructures vertes, la décentralisation et la décarbonisation des économies, dans les futurs plans de relance.

Le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah a appelé à accélérer la digitalisation et la dématérialisation des procédures de l’acceptabilité environnementale des chantiers de grande envergure, et ce lors de la cérémonie d’installation du nouveau directeur du Contrôle, de l’évaluation environnementale et des affaires juridiques, Mohamed Berraoui. Lors de cette cérémonie organisée récemment à Rabat, M. Rabbah a incité le nouveau directeur à poursuivre les efforts pour faire aboutir les chantiers lancés et accélérer en particulier celui de la digitalisation et de la dématérialisation des procédures de l’acceptabilité environnementale des chantiers de grande envergure, et ce au regard de la grande importance des axes de travail de la Direction du Contrôle, de l’évaluation environnementale et des affaires juridiques, indique le ministère dans un communiqué.

Après avoir souhaité la bienvenue au nouveau directeur, M. Rabbah a félicité le nouveau directeur pour la confiance placée en lui par le Chef du gouvernement, et pour son parcours professionnel au sein de différents départements, poursuit la même source. Le ministre a souligné par ailleurs l’importance de la promotion interne pour les cadres du département pour prendre en charge des postes de responsabilité, au vu des expériences acquises et des opportunités offertes, tout en instant, à ce propos, sur la nécessité de respecter les critères de l’efficacité, d’encourager l’équité et d’adopter la transparence dans tout le processus de sélection. Il a en outre rappelé les grands chantiers actuels du département (Lutte contre la pollution, changement climatique, surveillance et contrôle) et a abordé la question du travail à distance comme orientation gouvernementale qui a pour objectif d’améliorer la rentabilité des fonctionnaires résidant loin du siège du département pour faire face à la pandémie de Coronavirus.