Suite à la signature du protocole d’accord stratégique coordonnant les autorités publiques pour la mise en œuvre d’un programme d’infrastructures gazières durables, le Ministère de la Transition Énergétique et du Développement Durable organise le 31 mai à 8h30 à l’hôtel Fairmont La Marina Rabat, une présentation aux acteurs privés internationaux et nationaux actifs dans le secteur de l’énergie.

Le programme d’infrastructures gazières vise à renforcer l’accélération du développement des énergies renouvelables, des projets d’hydrogène vert et de ses dérivés au Maroc, ainsi que l’intégration dans les marchés énergétiques de l’Atlantique et de l’Afrique/Europe.
Le programme prévoit de doter le Royaume de plusieurs points d’entrée pour le gaz naturel liquéfié, ainsi que d’infrastructures de stockage et de transport du gaz naturel.

La présentation sera organisée en format hybride et sera délivrée en anglais et en français.
Le Ministère invite les parties intéressées à s’inscrire en envoyant un courriel à contactmtedd@mem.gov.ma
avec la liste des délégués et leurs adresses électroniques (en indiquant le mode de participation, en présentiel ou virtuel) afin de recevoir les détails de connexion virtuelle.

 

La Fédération de l’Énergie a tenu le 30 avril à Casablanca, son Assemblée Générale Ordinaire. Lors de cette réunion annuelle, M. Rachid Idrissi Kaitouni, président de la Fédération de l’Energie a présenté à l’Assemblée les principales activités entreprises par la Fédération durant l’exercice précédent et tenu à partager avec les membres de la Fédération les prochaines actions à entreprendre dans le cadre du Plan d’actions 2024 de la Fédération de l’Energie.

Par la suite, l’Assemblée générale ordinaire a approuvé les différents points inscrits à l’ordre du jour dont notamment les rapports moral et financier de l’exercice précédent ainsi que plan d’action et le budget 2024.

Avec l’accentuation des répercussions du changement climatique ces dernières années, l’innovation est plus que jamais un maître-mot pour l’écosystème agricole marocain afin de pouvoir développer et mettre en place des systèmes de production durables et résilients, capables de s’adapter avec le contexte actuel marqué notamment par le stress hydrique.

Cette pression croissante pousse les agriculteurs à explorer de nouvelles techniques, telles que l’irrigation efficace, la sélection de cultures résistantes à la sécheresse et l’utilisation de technologies agricoles avancées. Face à ces défis, l’innovation est incontestablement une opportunité pour transformer le secteur agricole et garantir la sécurité alimentaire du Royaume.
Et c’est dans cette optique que la 16e édition du Salon international de l’Agriculture au Maroc (SIAM) s’articulera autour du thème “Climat et Agriculture : Pour des systèmes de production durables et résilients“. Ce choix reflète la volonté de mettre en lumière l’importance cruciale de l’adaptation de l’agriculture aux défis climatiques actuels et futurs.

Le SIAM 2024 offre ainsi une plateforme essentielle pour échanger, présenter des solutions innovantes et encourager la collaboration entre les acteurs du secteur agricole, dans le but de promouvoir des pratiques agricoles durables et résilientes qui répondent efficacement aux enjeux climatiques, tout en assurant la sécurité alimentaire et le développement économique.

Quelles ripostes face à la diminution des réserves ?

Durant ces dernières années, le Maroc a connu des périodes prolongées de sécheresse, affectant directement les réserves d’eau disponibles pour l’irrigation. Les nappes phréatiques diminuent, les précipitations sont moins fréquentes et les réservoirs d’eau s’épuisent, mettant en péril certaines cultures.

L’utilisation de techniques d’irrigation efficaces comme le goutte-à-goutte, la gestion de l’eau de manière intégrée en réhabilitant les infrastructures existantes, l’exploration des sources alternatives d’eau, comme les eaux de pluie collectées, sont entre autres les moyens susceptibles de permettre aux agriculteurs marocains de renforcer leur résilience et de maintenir la durabilité de leur production agricole.

D’ailleurs, des efforts significatifs sont déployés pour développer les infrastructures nécessaires, telles que les installations de dessalement de l’eau de mer et l’exploitation des énergies renouvelables. Des projets structurants qui visent à sécuriser l’approvisionnement en eau et à réduire la dépendance aux ressources hydriques vulnérables aux fluctuations climatiques.

Aussi, un intérêt particulier est accordé à la promotion de la culture de variétés résilientes à la sécheresse, à l’adoption des pratiques de conservation des sols pour retenir l’humidité et à la mise en œuvre des plans de gestion des risques agricoles. Ces mesures permettent d’atténuer les effets néfastes des conditions climatiques imprévisibles sur les cultures et les infrastructures agricoles.

 

SIAM 2024 : un pôle “Nature et Environnement” pour sensibiliser sur les défis environnementaux d’aujourd’hui

En plus d’axer la thématique générale du SIAM sur la relation Agriculture-Climat, les organisateurs prévoient un pôle “Nature et Environnement” qui s’intéresse aux défis environnementaux d’aujourd’hui.

En alignement avec les défis de l’agriculture marocaine et ses opportunités, ce pôle se concentre principalement sur les activités de l’Agence nationale des Eaux et Forêts. Il explore des thématiques comme l’écologie, les nouvelles énergies et le développement durable, et permet d’avoir une perspective différente sur l’agriculture. Par ailleurs, il est à noter que le thème retenu cette année pour le SIAM permet aussi de jeter la lumière sur les opportunités d’adaptation qui se présentent dans plusieurs domaines clés. Il s’agit tout d’abord de l’amélioration des systèmes d’irrigation, comme l’adoption de techniques goutte à goutte et la modernisation des infrastructures hydrauliques, dans l’objectif d’optimiser l’utilisation de l’eau et de réduire le gaspillage.

Ensuite, une agriculture intelligente face au climat, incluant la diversification des cultures et l’utilisation de variétés résistantes à la sécheresse, renforce la résilience des systèmes agricole, outre l’intégration de technologies avancées telles que la télédétection et les drones agricoles pour disposer d’une gestion précise des terres, augmentant la productivité et atténuant les risques liés au climat.

Parallèlement, le volet du financement et un investissement continu dans la recherche agricole s’avèrent des facteurs clés pour développer des solutions adaptées, notamment des cultures résilientes et des pratiques durables.

Une session de formation dans le domaine de la mobilité électrique a débuté, le 22 avril à l’Institut de recherche en énergie solaire et en énergies nouvelles (IRESEN) à Benguérir, au profit des jeunes marocains et étrangers résidant dans le Royaume.

Cette formation professionnelle, dont la première partie s’est déroulée la semaine dernière à l’Institut de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique de Tanger, est encadrée par des experts et des spécialistes dans les domaines de l’industrie éolienne, de l’énergie solaire et des énergies nouvelles.

Organisée dans le cadre du projet “Move Green”, piloté par le Fonds Andalou des Municipalités pour la Solidarité Internationale (FAMSI), en partenariat avec l’association CLANER et la Fédération des Collectivités Locales du Nord du Maroc et de l’Andalousie (ANMAR), et financée par l’Union européenne, cette session s’inscrit dans le cadre d’un programme de formation scientifique visant à doter les bénéficiaires des compétences nécessaires pour travailler de manière sûre et efficace dans le domaine de l’énergie éolienne.
Cette initiative leur offre aussi des cours théoriques et pratiques en secourisme, travail en hauteur et manutention manuelle, outre la sensibilisation aux incendies.

L’initiative “Move Green” est un projet pilote ayant pour objectif de créer de nouvelles opportunités d’emploi pour les jeunes en les dotant des aptitudes, des capacités et des compétences nécessaires pour la gestion de projets, à travers la formation professionnelle et le renforcement du partenariat entre les secteurs public et privé dans les différentes industries et domaines de l’économie verte.

Et de poursuivre que ce projet ambitionne de contribuer à l’installation des jeunes talents dans leur pays d’origine, tout en créant des opportunités d’emploi pour ceux dotés de compétences dans ce domaine.

Les bénéficiaires de cette initiative ont tiré profit d’une série de formations de plus de 490 heures, dispensées depuis le 6 juin 2023, au Maroc et en Espagne.

Vivo Energy Maroc a obtenu le prestigieux label « Produit de l’Année 2024 ». Cette distinction reconnaît la qualité supérieure et l’innovation de son carburant additivé Shell V-Power pour la quatrième année consécutive dans la catégorie « Carburant », ainsi que sa marque de lubrifiant Shell Helix pour la deuxième participation dans la catégorie « Lubrifiants voitures ». Un panel indépendant de 3 000 consommateurs a exprimé sa préférence pour les produits Shell en raison de leur attractivité, de leur qualité et de leur innovation. 

Depuis son introduction sur le marché marocain, Shell V-Power est devenu le choix privilégié des automobilistes marocains grâce à ses performances optimales pour les moteurs. Grâce à sa formule nouvellement améliorée, il nettoie jusqu’à 100% des composants critiques du moteur, le rajeunissant après chaque trajet pour retrouver complètement ses performances et améliorer son efficacité. 

Il élimine entièrement les dépôts et protège contre l’accumulation future sur les pièces vitales du moteur. Issu d’une recherche intensive impliquant plus de 150 scientifiques, ce carburant le plus avancé de la marque à ce jour est doté de propriétés répondant aux exigences des véhicules modernes et anciens pour répondre aux différents types d’usage.

Le lubrifiant Shell Helix a également su convaincre les automobilistes, remportant le label « Produit de l’Année » dans la catégorie « Lubrifiants voitures ». 

Grâce à sa technologie exclusive Pureplus, cette gamme d’huiles moteur offre une performance optimale, assurant ainsi une expérience de conduite améliorée. Cette reconnaissance souligne la qualité des produits proposés par Vivo Energy Maroc et renforce sa position de leader de l’innovation et de la performance sur le marché. Le label « Produit de l’Année » est décerné après une évaluation minutieuse de l’attrait, de l’intention d’achat et de l’innovation des produits par un panel de 3 000 personnes.

Notre engagement envers l’innovation et la qualité est constant. Être reconnus par le label ‘Produit de l’Année’ pour nos marques Shell V-Power et Shell Helix est une affirmation de notre promesse continue envers l’excellence et notre capacité à répondre aux besoins évolutifs de nos clients,” a déclaré Salwa Benslimane, Directrice Marketing de Vivo Energy Maroc.

En remportant le label « Produit de l’Année », Shell V-Power et Shell Helix confirment la confiance et la préférence des consommateurs marocains pour ces produits de haute qualité et d’innovation constante. L’excellence et la qualité des produits demeurent au cœur de la stratégie de Vivo Energy Maroc. Sa plus grande ambition est de devenir l’entreprise leader la plus respectée du Maroc dans le secteur de l’énergie tout en répondant aux standards internationaux de qualité les plus exigeants.

Le Président de l’Autorité Nationale de Régulation de l’Electricité (ANRE), Abdellatif Bardach, s’est entretenu, le 24 avril à Rabat, avec une délégation d’hommes d’affaires turcs des moyens de renforcer la collaboration fructueuse et le partenariat stratégique entre le Maroc et la Turquie dans le secteur énergétique.

Cette rencontre a été l’occasion de consolider les bases d’une collaboration bilatérale déjà fructueuse et de tracer la voie pour des avancées significatives dans le domaine énergétique et du développement durable entre les deux pays.

Lors de cette rencontre, la délégation turque conduite par l’ambassadeur de la Turquie au Maroc, Mustafa Ilker Kiliç, a souligné l’importance cruciale de l’électricité et son impact profond sur divers secteurs économiques, notamment sur les initiatives de décarbonation, l’hydrogène vert et les projets de dessalement, qui sont au cœur de la stratégie énergétique des deux pays.

De son côté, M. Bardach, a expliqué le rôle essentiel de l’Autorité dans l’accompagnement de la stratégie énergétique nationale, initiée sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, œuvrant à mettre en place un cadre réglementaire robuste et à créer un environnement attractif pour les investisseurs.

En anticipant la régulation des technologies émergente du secteur, l’ANRE vise à établir un climat de confiance pour les investisseurs et à positionner le Maroc comme un leader de la transition énergétique mondiale.

Une cérémonie de remise de certificats aux 4e et 5e promotion de la formation qualifiante en faveur des professionnels de la mécanique “Cycle Maalem” s’est déroulée, le 24 avril à Dakhla, à l’initiative de l’Office de la Formation Professionnelle et de la Promotion du Travail (OFPPT) et Afriquia SMDC (Société marocaine de distribution de carburants).

Co-présidée par la directrice générale de l’OFPPT, Loubna Tricha, et le Directeur Général d’Afriquia SMDC, Khalid Mouchtaki, cette cérémonie a été marquée par la remise des certificats de formation qualifiante des professionnels de la mécanique “Cycle Maalem”, au profit de 52 lauréats au niveau de la région Dakhla-Oued Eddahab au titre de l’année 2022-2023, après plusieurs mois d’apprentissage et d’échange de savoirs entre les professionnels de la mécanique automobile.

Cet événement a été aussi l’occasion de donner le coup d’envoi officiel pour l’octroi des certificats dans les autres régions du Royaume.

Lancé en 2021, le “Cycle Maalam” a enregistré un bilan très positif, marqué par des réalisations significatives en termes de formation des mécaniciens en exercice au Maroc.

À ce jour, plus de 3.116 mécaniciens membres de Mécano Al Maghrib ont bénéficié de cette initiative, dépassant ainsi l’engagement initial de 3.000 apprenants. Avec l’organisation de sept sessions de formation, soit deux par année de formation, le Cycle Maalam a ouvert de nouvelles opportunités d’emploi pour les bénéficiaires et a renforcé la compétitivité des professionnels du secteur.

S’exprimant à cette occasion, la directrice Générale de l’OFPPT, Loubna Tricha, s’est félicité de la formation de plus de 3.100 mécaniciens membres de Mécano Al Maghrib, depuis le lancement du Cycle Maalem en 2021, dépassant largement l’engagement initial, soulignant la forte implication de l’Office en faveur du renforcement des compétences du métier de mécanicien automobile.

Ce projet, réalisé dans le cadre d’un partenariat public-privé ralliant l’OFPPT et Afriquia SMDC, constitue un programme intégré incluant la formation métier et les soft skills, en l’occurrence les compétences comportementales et sociales, en vue de mieux préparer les apprenants aux évolutions et transformations de leur métier, a noté Mme Tricha.

Ce projet de partenariat public-privé joue un rôle crucial pour la croissance de l’industrie automobile au Maroc, contribuant ainsi au développement socio-économique du pays”.

Pour sa part, le Directeur Général d’Afriquia SMDC, Khalid Mouchtaki, a souligné que l’engagement de former 3.000 mécaniciens a été honoré, reflétant la détermination d’Afriquia SMDC à placer la consolidation des compétences dans l’industrie de la mécanique automobile au cœur de sa stratégie RSE.

Par cette initiative, a poursuivi M. Mouchtaki, Afriquia SMDC œuvre activement à forger un avenir socio-économique plus prometteur pour les membres de Mécano Al Maghrib, tout en s’alignant sur les objectifs nationaux de développement durable.

De même, il a fait part de sa détermination à guider ces mécaniciens vers de nouvelles perspectives, assurant ainsi une progression professionnelle pérenne, sur le long terme, du tissu entrepreneurial marocain, a-t-il soutenu, émettant le souhait d’élargir le champ d’action du Cycle Maalam pour former 5.000 mécaniciens membres de Mécano Al Maghrib supplémentaires à l’horizon de 2029.

“Grâce aux modules variés et complets du Cycle Maalem, les bénéficiaires de ce programme ont acquis non seulement des compétences techniques de haut niveau, mais aussi des soft skills essentielles pour réussir dans le monde professionnel”, s’est félicité Salah El Habchi, membre de Mécano Al Maghrib et lauréat de Cycle Maalam, à l’Institut Spécialisé de Technologie Appliquée (ISTA) de Dakhla.

A noter que le “Cycle Maalam” a profité à 916 mécaniciens certifiés, membres de Mécano Al Maghrib au cours des deux sessions, représentant un taux de réussite de 80% sur une base de 1.167 mécaniciens formés. Cette réussite démontre l’engagement continu de l’OFPPT et d’Afriquia SMDC en faveur de l’excellence et de la qualité de la formation.

Dispensées dans 42 centres relevant de l’OFPPT répartis sur 37 villes du Royaume, les 60 heures de formation, réparties en cinq modules, couvrent divers aspects, alliant les compétences relationnelles, la gestion d’atelier et la sécurité automobile, garantissant une préparation exhaustive des mécaniciens pour les nouveaux défis de l’industrie automobile.

Dans la continuité du programme de formations qualifiantes, deux nouvelles promotions ont respectivement démarré au titre de 2023-2024, à compter de novembre 2023, puis mars 2024, avec un effectif total de 1.013 bénéficiaires.

De plus, une nouvelle filière “E-Maalam” sera lancée pour compléter le programme initial du cycle Maalam, en mettant l’accent sur des thématiques avancées, telles que les voitures hybrides et électriques. Cette extension du programme vise à répondre aux besoins évolutifs de l’industrie automobile.

L’engagement de la jeunesse marocaine en faveur du développement durable et de la justice climatique a été mis en avant lors du Forum de la Jeunesse qui se tient au siège des Nations Unies à New York à l’initiative du Conseil économique et social de l’ONU (16-18 avril).
Placé sous le thème “Renforcer l’Agenda 2030 et éradiquer la pauvreté en période de crises multiples: la mise en œuvre efficace de solutions durables, résilientes et innovantes”, cet événement a été aussi l’occasion de souligner les efforts déployés par le Maroc pour une Afrique prospère et inclusive.

Intervenant à cette occasion, Hatim Aznague, ambassadeur du Hub Climatique de la Jeunesse africaine, a relevé la haute sollicitude dont Sa Majesté le Roi Mohammed VI ne cesse d’entourer la jeunesse marocaine en vue de leur autonomisation et leur participation pleine et entière dans la dynamique de développement.

“Sous le leadership de SM le Roi, le Maroc associe les jeunes dans tout processus de développement conformément à une approche participative et inclusive”.Aznague, qui est également fondateur et président de l’Association des jeunes du développement durable au Maroc, a par ailleurs, relevé le rôle des jeunes dans l’évaluation de l’ODD 16 qui consiste à promouvoir des sociétés pacifiques et ouvertes, à assurer l’accès à la justice pour tous et à mettre en place des institutions efficaces et responsables.

Il a, dans ce cadre, mis en avant les efforts déployés par le Maroc pour mettre en place des institutions inclusives et responsables, ainsi que pour promouvoir l’éducation et l’action climatique.

Lors d’une réunion tenue dans le cadre du Forum sur les défis dans la région arabe, M. Aznague, a souligné l’engagement de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al-Qods, en faveur de la cause palestinienne, notant que le Maroc est le seul pays à acheminer une aide humanitaire directe à Gaza par voie terrestre inédite.

Cet acte de solidarité souligne l’engagement constant du Maroc en faveur de la paix, la sécurité et le bien-être des peuples.

Le Forum des jeunes de l’ECOSOC est une plate-forme mondiale de dialogue entre les États membres de l’ONU et les jeunes dirigeants sur les solutions aux défis actuels. Il permet aux participants de partager leur vision et leurs actions et offre également l’opportunité de faire progresser les solutions des jeunes pour accélérer la mise en œuvre de l’Agenda 2030 et des 17 Objectifs de développement durable.

Le Maroc est fortement engagé en faveur de la décarbonation du secteur des transports, a affirmé, le 24 avril à Rabat, le ministre du Transport et de la Logistique, Mohamed Abdeljalil.

Les ambitions du Maroc en matière de développement durable sont “très élevées”, a ajouté M. Abdeljalil qui s’exprimait à l’ouverture d’une rencontre organisée dans le cadre d’une coopération avec le Forum International des Transports (ITF), sous le thème “Décarboner le secteur des transports dans les économies émergentes“.

Lors de l’atelier inaugural sur la décarbonation des transports au Maroc, le ministre a relevé dans ce sens que la performance de l’économie nationale, la qualité de vie de citoyens, l’inclusion sociale et l’attractivité touristique dépendent fortement d’une mobilité performante et propre.

Par conséquent, a-t-il dit, l’adaptation des infrastructures et des systèmes de mobilité aux nouvelles conditions climatiques est indispensable pour assurer le fonctionnement du transport et prévenir des pertes économiques voire des catastrophes humanitaires.

Selon le ministre, cette rencontre se veut une plateforme d’échange entre les participants autour des scénarios envisageables pour la décarbonation des transports, surtout dans le contexte actuel marqué par les effets ressentis du changement climatique sur le globe et les circonstances économiques compliquées suite aux crises successives que connait le monde d’une manière générale.

De son côté, le secrétaire général de l’ITF, Young Tae Kim, a relevé que le Maroc, en tant que carrefour stratégique en matière de commerce et de transport international, constitue un acteur clé dans les contextes régional et mondial.

L’approche proactive du Maroc a été établie pour soutenir le secteur du transport, a-t-il dit, faisant savoir qu’à travers cette collaboration, son organisme œuvre à améliorer ce chantier.
En cette période charnière de décarbonation et de reprise économique, a-t-il soutenu, “notre projet de développer des voies de décarbonation pour le transport des voyageurs est d’une importance plus cruciale que jamais”, relevant que le paysage politique actuel renforce la nécessité de mettre en place un système de transport à faible émission de carbone afin de réduire la dépendance de celle-ci.

Cet événement de trois jours a discuté des résultats préliminaires du processus de simulation des politiques publiques actuelles de décarbonatation du secteur des transports au Maroc, ainsi que la formation aux outils de simulation utilisés.

La rencontre a constitué une occasion d’échanger avec des experts internationaux sur les défis et les opportunités permettant de formuler et développer des mesures ambitieuses pour décarboner les activités de transport.

Au programme de la rencontre figuraient des ateliers de formation sur l’utilisation des outils de simulation utilisés par les experts de l’ITF pour déterminer des scénarios de réduction des émissions de carbone dans le secteur des transports.

Des experts nationaux et internationaux se sont réunis, le 22 avril à Tanger, dans le cadre d’une conférence internationale sur la transition énergétique juste.

Initié par la Fondation “Carnegie Endowment for International Peace“, en partenariat avec l’Observatoire de protection de l’environnement et du patrimoine historique de Tanger, cet événement de deux jours connait la participation de représentants des pays d’Afrique du Nord, dont le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye et l’Égypte, et se décline en six sessions thématiques.

Les débats porteront sur plusieurs sujets, notamment les défis et risques climatiques majeurs en Afrique du Nord, les vulnérabilités liées au climat dans les infrastructures d’exportation et d’importation de pétrole, ainsi que les défis économiques et environnementaux auxquels la région est confrontée.

Les participants discuteront également des opportunités offertes par la transition énergétique, du cadre du discours climatique à travers la recherche, le développement, l’éducation et les technologies modernes, ainsi que des défis liés à la gouvernance et à l’élaboration des politiques climatiques en Afrique du Nord.

A cette occasion, le directeur du programme Moyen-Orient de la Fondation Carnegie Endowment for International Peace, Amr Hamzawi, a expliqué que le concept de la transition énergétique juste implique “la gestion du processus de passage de l’énergie non renouvelable à l’énergie renouvelable, en tenant compte des préoccupations des différentes franges de la société, garantissant ainsi les droits des générations actuelles et futures”.

Concernant les pays d’Afrique du Nord, M. Hamzawi a mis en avant l’urgence de la transition vers les énergies renouvelables pour réduire les coûts liés à l’importation des énergies fossiles, en particulier pour les pays à forte densité de population comme l’Égypte, le Maroc et la Tunisie.

Il a noté que l’obtention d’investissements importants pour financer cette transition est un défi majeur, nécessitant le soutien de la communauté internationale et des fonds dédiés.

Évoquant les difficultés des pays exportateurs d’énergie fossile,M. Hamzawi a relevé la nécessité de diversifier les ressources et les produits économiques pour réduire la dépendance à ces énergies, soulignant que la transition énergétique serait beaucoup plus difficile pour les pays, dont les économies reposent largement sur les revenus de l’exportation de l’énergie fossile.

Pour sa part, le président de l’Observatoire pour la protection de l’environnement et des monuments historiques de Tanger, Abdelaziz Janati, a mis en lumière l’importance de cette rencontre visant à examiner la situation de la transition énergétique en Afrique du Nord, évoquant “l’équation 90”, où les pays non producteurs de pétrole importent plus de 90% de leurs besoins énergétiques, tandis que les pays producteurs dépendent à plus de 90% de leur PIB des recettes des énergies fossiles.

“Avec l’évolution de la demande énergétique, la transition vers les énergies renouvelables est devenue incontournable, nécessitant des conditions de durabilité et le transfert vers des technologies plus respectueuses de l’environnement“, a-t-il noté.

Selon le président de l’Observatoire, cette conférence est un moyen de suivre les stratégies de transition énergétique pour les pays d’Afrique du Nord et de comparer les résultats obtenus avec les objectifs fixés.

Il est à noter que les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord tirent 97% de leur énergie des combustibles fossiles, ce qui en fait les régions les plus exposées aux changements climatiques.
Afin de faire face à ces défis, il est nécessaire d’orienter les efforts vers l’adaptation du système énergétique, tant dans les pays producteurs que dans les pays importateurs de pétrole, afin de trouver des solutions aux troubles sociaux et économiques existants.