La stratégie volontariste du Maroc pour le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique, portée au plus haut niveau de l’État, commence déjà à donner ses fruits, a indiqué le DG de l’ADEREE, Said Mouline en marge de sa participation au forum international sur l’économie verte à Copenhague.
« Grâce à la stabilité du pays, aux institutions dédiées, à la visibilité donnée aux investisseurs, outre des appels d’offres transparents et une loi sur le partenariat public/privé, le Royaume a pu profiter des meilleurs montages financiers et obtenir des prix de KWh à partir d’énergies renouvelables exceptionnellement bas ».
M. Mouline, qui est membre du comité de pilotage de la COP22, a souligné que sa présence au Global Green Growth Forum (3GF), organisé par le gouvernement danois, a servi d’opportunité pour exposer l’approche du Maroc pour réduire sa dépendance énergétique par le développement de l’énergie renouvelable, ainsi que pour présenter la feuille de route pour la COP22 prévu en novembre prochain à Marrakech.
S’agissant du rôle du secteur privé, M. Mouline a rappelé que l’intégration industrielle a permis aujourd’hui d’atteindre des taux au Maroc de 70 pc dans le secteur éolien et plus de 40 pc dans le solaire, sans oublier les métiers liés à l’efficacité énergétique et l’économie circulaire.
La CGEM a très tôt décidé d’établir une Commission dédiée à l’économie verte, a-t-il indiqué, en relevant le rôle du secteur privé des pays du Nord mais surtout des pays du Sud pour profiter pleinement des opportunités que donne cette économie verte en termes de protection de l’environnement, d’emplois et de développement.