Les coûts de l’électricité produite à partir des énergies solaire et éolienne vont encore fortement baisser d’ici 2025, avec une contraction encore plus importante pour le courant généré par des panneaux solaires, selon un rapport de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), publié me 15 juin 2016.

Les coûts de l’éolien terrestre devraient baisser de 26% en 2025 par rapport à 2015, ceux de l’éolien en mer de 35% tandis que ceux de l’énergie solaire photovoltaïque pourraient fondre de 59%, détaille l’Irena dans ce rapport. Toutefois, selon l’Agence qui promeut le développement des énergies « vertes », la baisse des coûts dépendra du cadre réglementaire mis en place de part le monde pour accompagner ou non ce mouvement.

Pour le cas du Maroc, les énergies renouvelables représentaient déjà 34% du système électrique et leur part doit évoluer pour peser 43% en 2020, puis 47% en 2025 avant d’atteindre 52% en 2030.

Pour ce faire, le Maroc aura à développer, entre 2016 et 2030, une capacité additionnelle de production d’électricité de sources renouvelables d’environ 10.100 MW dont 4.560 pour le solaire, 4.200 dans l’éolien et 1.330 MW hydro-électriques. Ce qui permettra pour la première fois dans l’histoire du Maroc, d’afficher une part d’électricité produite à partir de sources renouvelables supérieure à celle obtenue à partir de sources énergétiques fossiles et de réduire sa dépendance énergétique qui dépassait les 98% en 2009, à moins de 82% en 2030.