Une convention de partenariat visant à réduire la facture énergétique des établissements pénitentiaires a été signée récemment entre la Délégation générale à l’Administration Pénitentiaire et à la Réinsertion (DGAPR) et la Société d’investissements énergétiques (SIE). En vertu de cette convention, les deux parties s’engagent à mettre en place une stratégie et un plan d’action opérationnel tendant à réduire la facture

énergétique des établissements pénitentiaires par le développement d’un modèle d’efficacité énergétique durable.

Dans ce projet qui répond aux orientations de la stratégie d’efficacité nationale, la SIE se charge d’élaborer un diagnostic de la consommation énergétique des établissements pénitentiaires, proposer des solutions pour la réduction des facteurs liés au gaz, carburant et électricité, et d’assurer des sessions de formation au profit du personnel de la DGAPR. En contrepartie, la DGAPR s’engage à mettre en œuvre les solutions validées suite aux études réalisées, en vue d’atteindre les objectifs communément agréés visant à optimiser la consommation des différentes énergies au sein de ses bâtiments. A travers ce partenariat, la SIE pourra intervenir sur 5 établissements dans un délai d’environ 6 mois, à savoir la prison locale de l’Oudaya (Marrakech), la prison locale d’Ait Melloul 2, le Complexe pénitentiaire d’Ain Sebaa, la maison centrale de Kenitra et la prison locale de Tanger 2. Les actions d’efficacité énergétique pourront être élargies au reste des établissements pénitentiaires du Royaume. La stratégie d’efficacité énergétique nationale œuvre à développer des projets qui contribuent à la réduction et à la rationalisation de la consommation énergétique de bâtiments publics, constituant une action favorable au développement durable et à la protection de l’environnement.