La feuille de route pour une mobilité durable au Maroc sera élaborée en complémentarité avec les stratégies et plans engagés, notamment ceux en relation avec les secteurs de la logistique, de l’aménagement des villes, de l’énergie et du développement durable.

Selon, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, chargé du Transport, Mohamed Najib Boulif, la feuille de route pour la mobilité durable au Maroc verra enfin le jour avant la fin de l’année. Annonce faite lors de l’atelier de démarrage des travaux d’élaboration de cet outil organisé, le 26 juillet à Rabat.

Cette feuille de route s’inscrit dans l’engagement du Maroc, en tant que président de la COP22, à présenter un premier « draft » de ce projet lors de la COP23, prévue en novembre 2017 à Bonn.

La feuille de route pour une mobilité durable au Maroc sera élaborée en complémentarité avec les stratégies et plans engagés, notamment ceux en relation avec les secteurs de la logistique, de l’aménagement des villes, de l’énergie et du développement durable. Elle devra anticiper l’évolution des besoins de transport dans un monde connecté et mobile et inclure de nouvelles technologies et modes de gouvernance.

Conçue comme un processus participatif, la feuille de route prendra en compte les priorités et opportunités spécifiques du royaume, ainsi que les principales stratégies nationales.

Placé sous la tutelle du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau et financé par l’Agence de coopération technique allemande (GIZ), en collaboration avec la Société d’investissements énergétiques (SIE), ce projet comprend huit axes d’intervention, à savoir : la transformation urbaine synergique, l’énergie à bas carbone, l’optimisation shift modal et efficacité, l’optimisation des chaînes logistiques, l’adaptation des infrastructures, les réductions de voyages, les outils financiers et réglementaires et les solutions pour le monde rural.