Le projet d’un coût de 17 millions de dollars financé à hauteur de 88% par la Banque Islamique de Développement (BID) consiste à construire deux centrales solaires photovoltaïques d’une puissance totale de 2.4 MWc destinées à raccorder 24 villages dans la région de Ségou située à 236 km au nord-ouest de Bamako.

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) a pris part à la cérémonie de lancement du projet « Énergie solaire pour le développement de l’électrification rurale au Mali ».

L’événement a eu lieu à Bamako, en présence de Malick Al Houssein, ministre malien de l’Énergie et de l’eau, de Hassan Naciri, ambassadeur du Maroc au Mali, de Noureddine Mabrouk, de la Banque islamique de développement, de Mamadou Ouattara, directeur général de l’Agence malienne pour le développement de l’énergie domestique et de l’électrification rurale (AMADER) et de Khalil Lagtari, responsable de participations à l’ONEE.

Il a porté sur le lancement officiel d’un ambitieux projet d’électrification qui devra permettre de raccorder 24 villages dans la région de Ségou située à 236 km au nord-ouest de Bamako, et plus précisément dans les communes de Saloba composée de 13 villages et Sana de 11 villages.

Le projet, où l’ONEE est partie prenante, consiste à construire deux centrales solaires photovoltaïques avec stockage chacune d’une puissance de 1.25 MWc et 1.18 MWc, soit une puissance totale de 2.4 MWc.

Il porte également sur la construction d’un réseau de distribution de moyenne et basse tensions, notamment sur des longueurs approximatives de 67 km et 117 km respectivement, y compris les branchements de plus de 5.000 foyers moyennant des compteurs prépayés.

Il s’agit également de construire un réseau de distribution de moyenne et basse tensions avec des longueurs approximatives de 67 km et 117 km respectivement, y compris les branchements de plus que 5.000 foyers moyennant des compteurs prépayés, a expliqué Khalil Lagtari, responsable de participations à l’ONEE.

Dans le cadre de ce projet de coopération tripartite Mali-Maroc-BID, l’ONEE apporte sa contribution à travers une assistance pour la réalisation des études préliminaires géotechnique, hydraulique, hydrologique et topographique, l’accompagnement et l’assistance technique pour le choix des équipements et des constructeurs.

L’Office apportera également son assistance durant la réalisation des travaux de construction des ouvrages, à travers l’élaboration d’un schéma de concession, le transfert de savoir-faire et de compétences et la formation opérationnelle des membres de l’équipe au Maroc durant le projet.

Le coût estimatif du projet s’élève à 17 millions de dollars (environ 150 MDH).

La BID contribue au financement à hauteur de 88% par le biais d’une opération de prêt concessionnel, le gouvernement malien prend en charge 9% du coût et l’ONEE 3%.

« Le développement de l’accès à l’électricité et plus précisément l’électrification rurale est l’un des objectifs prioritaires de la Banque qui considère que l’accès à l’électricité est un moyen important de lutte contre la pauvreté », a indiqué Noureddine Mabrouk de la BID.

C’est dans ce cadre-là que le projet Énergie solaire pour le développement de l’électrification rurale au Mali a été approuvé par la banque en décembre 2016, a-t-il révélé.

Et d’ajouter que la Banque participe au financement de ce projet par deux opérations concessionnelles d’un montant total de 15 millions de dollars et que la première opération a été déjà mise en vigueur le 14 janvier 2018.

Ce projet a été conçu et développé dans le cadre d’une coopération entre deux pays membres de la banque, à savoir le Maroc et le Mali où la Banque a joué le rôle de facilitateur, a-t-il poursuivi.

Néanmoins, malgré les efforts considérables entrepris par le gouvernement malien et ses partenaires technique et financier, y compris la BID, au cours des dix dernières années, l’accès à l’électricité au Mali reste un grand défi à soulever en particulier en milieu rural où le taux d’accès n’est que d’environ 18%, a-t-il relevé.