Masen a annoncé jeudi 14 mars le lancement d’un appel d’offres dédié à un projet éolien : le repowering du parc éolien de Koudia Al Baida.

Le parc de Koudia Al Baida, mis en service par l’ONEE en 2000 avec une capacité de 50MW, est le premier parc éolien réalisé au Maroc et au niveau du continent Africain.

A travers un nouveau projet, développé par Masen en partenariat avec Futuren (filiale du Groupe EDF Renouvelables), sa capacité sera portée à 120MW et ce, en faisant appel au repowering, une première continentale et dans la région MENA.

Le repowering impliquera le démantèlement des turbines existantes pour les remplacer par des éoliennes d’une nouvelle génération au rendement plus élevé.
Ce projet est un nouveau témoignage de l’étroite collaboration entre Masen et l’ONEE dans le développement du portefeuille national d’énergies renouvelables, conformément aux nouvelles prérogatives de Masen.

« Nous sommes l’acteur central des énergies durables au Maroc et avons pour ambition de devenir le leader africain de ces énergies. Aussi est-il stratégique pour Masen de proposer une offre de service couvrant, selon les technologies, toutes les étapes du cycle d’un projet : pré-développement, développement, construction, exploitation et maintenance. Notre positionnement en tant que co-développeur, avec Futuren – filiale d’EDF Renouvelables – sur ce projet, en est l’illustration », a déclaré M. Mustapha Bakkoury, PDG de Masen.
L’appel d’offres sur la plateforme e-tendering de Masen (à travers le lien suivant https://masen.local-trust.com/ ). L’ensemble des entreprises intéressées et répondant aux critères relatifs à la sélection d’un contractant EPC (Engineering, Procurement, Construction) ainsi que la maintenance lourde et le monitoring de l’exploitation dudit parc sont invitées à participer à cet appel d’offres.
Pour rappel, le Maroc compte environ 2300 MW de projets éoliens, dont 11 parcs éoliens déjà en exploitation totalisant une puissance installée de 1200 MW, et plus de 1100 MW en cours de construction ou de bouclage financier.