Le Global Cleantech Innovation program (GCIP) Maroc représente un programme d’encouragement de la petite entreprise verte portée par les jeunes, avec un accent particulier sur l’innovation technologique, a affirmé, mercredi à Rabat, le secrétaire général du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, Mohamed Benyahya. 

Ce programme encourage les jeunes entrepreneurs dans le domaine des métiers verts, avec l’utilisation notamment des énergies renouvelables et des techniques permettant l’économie de l’eau et la gestion des déchets, outre un prix récompensant entrepreneuriat féminin, a-t-il indiqué à l’issue d’une cérémonie avec les lauréats de la 4è édition du GCIP Morocco. 

Les 10 lauréats du programme profiteront, comme à chaque édition d’une formation et d’un accompagnement pour développer le business plan, avant d’offrir à certains un appui financier allant de 150.000 à 250.000 dirhams, a précisé M. Benyahya. 

« Nous sommes en train de mettre en place un accompagnement post création d’entreprises, car c’est à ce niveau qu’on retrouve un taux de déperdition important », a poursuivi le responsable, notant qu’en plus des ressources habituelles émanant du GCIP, qui sont sous forme de dons, l’édition de cette année a eu recours à des ressources du ministère injectés dans le programme, lesquelles ont permis de doubler le nombre de lauréats qui est passé de 5 à 10. 

Fin octobre dernier, le grand prix GCIP Maroc de l’année 2019 a été décerné à l’entreprise PilliotY, à l’occasion de la 11e édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement (Pollutec Maroc 2019), qui s’est déroulé à Casablanca. PilliotY a été primée pour avoir développé « DUST OUT », une solution digitale à base de IIOT (Internet Industriel des Objets) et Deep-Learning permettant d’optimiser les plannings de l’Opération & Maintenance et de maximiser l’efficience de la production énergétique dans les champs solaires PV et CSP.
Dans la catégorie « Valorisation des déchets », le 1er prix est revenu à la start-up Paveco, qui développe des pavés écologiques fabriqués à partir des déchets miniers et des déchets plastiques avec un adjuvant biologique, alors que le second prix a été attribué à Alternative Solutions qui propose le recyclage des feuilles de palmiers pour la production d’un parquet massif, 100% écologique, et moins cher que le parquet existant dans le marché avec des caractéristiques beaucoup plus intéressantes que le bois habituel, à savoir une bonne isolation thermique et une excellente résistance à l’eau.

S’agissant de la catégorie « Utilisation rationnelle de l’eau », les deux start-ups Ecopros, qui proposent un nouveau processus innovant de tannage à sec pour réduire d’au moins 90% les quantités d’eau nécessaires à la réalisation de ce processus, et Greentech 4.0, qui fabrique des cartes électroniques intelligentes et communicantes avec un logiciel basé sur l’intelligence artificielle fiabilisant les calculs scientifiques en besoin en eau et guidant les décisions, se sont adjugées respectivement les 1er et 2e prix. Dans la catégorie « Efficacité énergétique », le 1er prix a été attribué à PilliotY, alors que le 2ème a été décerné à ChillBat, une startup qui développe une borne de recharge intelligente couplé à un système de refroidissement optimal de la batterie.

Pour ce qui de la catégorie « Énergies renouvelables », la start-up NR Solar, qui propose un robot de nettoyage complètement autonome et intelligent, a décroché le premier prix. Quant au second prix, il a été remporté par MPG qui développe un générateur électrique portable à répulsion magnétique alimenté par un système hybride éolien/photovoltaïque jouant le rôle de prise de courant mobile.

Par ailleurs, un prix Bâtiment vert a été décerné à Urbeq qui développe un processus de production de nouveaux matériaux isolants peu coûteux et respectueux de l’environnement en utilisant la biomasse végétale, à savoir les déchets de palmiers dattiers, tandis que Hydrobarley a gagné le prix de la Femme entrepreneure de la compétition 2019. Le programme GCIP Morocco vise à promouvoir l’émergence d’un écosystème innovant en intervenant sur 3 aspects différents, à savoir la mise en place d’une plateforme nationale pour les cleantechs en vue d’identifier et soutenir les entrepreneurs et innovateurs cleantech, le renforcement des capacités des institutions nationales et organisations partenaires pour l’implantation durable d’un écosystème cleantech, outre le soutien et collaboration avec les décideurs nationaux dans le but de renforcer le cadre politique favorable aux PME et entrepreneurs.

A travers cette approche, le programme devra catalyser l’investissement pour soutenir et accélérer les start-up et entrepreneurs cleantech vers la commercialisation et le développement de leurs concepts innovants.