Le rôle efficient joué par le Royaume du Maroc sur les échelles méditerranéenne, africaine et arabe en matière du développement des énergies renouvelables et son engagement à poursuivre sa dynamique pour réussir la transition énergétique mondiale ont été mis en exergue, le 25 novembre à Berlin.

Lors du 10e forum arabo-allemand sur l’énergie tenu sous le thème « La transition énergétique dans le monde arabe », l’accent a été mis sur la stratégie adoptée par le Maroc en matière énergétique basée sur le partage des expériences dans le cadre de ses relations privilégiées avec ses partenaires européens, africains et arabes.

A cette occasion, il a été procédé à la présentation des grandes lignes de la stratégie marocaine dans le domaine de l’énergie, adoptée il y a 10 ans dans le cadre d’une approche volontariste conformément aux Hautes orientations royales.

Intervenant lors de ce forum, le secrétaire général du ministère de l’Énergie, des mines et du développement durable, Mohamed Ghazali, a indiqué que la dépendance énergétique nationale est passée d’environ 98% en 2008 à environ 91,7 % en 2018, mettant en exergue une augmentation notable des investissements dans le secteur.

Partant de cette vision basée sur le partage des expériences, le Maroc a pris la présidence de l’instance arabe des énergies renouvelables pour les deux années à venir, a-t-il dit, précisant que le renouvellement de la confiance en le Royaume pour être à la tête de cette organisation consacre sa détermination à transférer son expérience en la matière aux pays arabes et de promouvoir les investissements pour contribuer au développement durable de la région arabe.

En plus, a fait noter M. Ghazali, le Maroc a même placé un nouveau cap plus haut, conformément aux Hautes orientations royales, pour dépasser l’objectif actuel de 52% du mix électrique national fixé à l’horizon 2030.

Un plan a été mis en place pour la période 2019-2023 portant sur le parachèvement de plusieurs projets pour atteindre environ 4.213 MW, dont 99,5% provenant des énergies renouvelables, ajoutant que le mix énergétique marocain est ouvert sur toutes les techniques et les sources des énergies renouvelables.

Par ailleurs, M. Ghazali a indiqué que le Maroc et l’Allemagne disposent d’un cadre institutionnel solide basé sur une déclaration d’intentions pour la mise en place d’un partenariat énergétique entre les deux ministères compétents en la matière, faisant observer que la coopération entre les deux pays atteint un niveau important dans le domaine des énergies renouvelables.

L’Allemagne contribue au financement du programme de l’énergie solaire marocain qui constitue, selon lui, un composant important de la stratégie nationale du développement des énergies renouvelables.

Le responsable marocain avait pris part également à une table ronde organisée par le ministère fédéral de l’énergie et l’Agence allemande de la coopération internationale, lors de laquelle il a exposé les opportunités offertes par le Maroc dans le domaine des énergies renouvelables, notamment à travers l’implication du secteur privé.

S’exprimant à cette occasion, Mme Zohour Alaoui, ambassadeur du Maroc en Allemagne, a mis l’accent sur l’importance de cette rencontre unissant des représentants des secteurs public et privé pour s’informer des opportunités mais aussi des défis du secteur énergétique au Maroc.

Après avoir souligné la nécessité du renforcement de la coopération entre l’Allemagne et le Maroc en matière énergétique, Mme Alaoui a mis en avant le processus de modernisation que connaît le Royaume eu égard à la diversité de son économie, l’amélioration du climat d’affaires et le développement des infrastructures.

Le Maroc a lancé plusieurs projets d’envergure dans le domaine énergétique et plaide pour l’intégration régionale en la matière.