Avec deux keynotes et trois panels regroupant un nombre important de responsables et d’experts du secteur énergétique, la 4 e édition des Matinées de l’Industrie, organisée le 18 février 2020 à Casablanca autour du thème «Quelle énergie pour l’industrie marocaine ?», a tenu toutes ses promesses.

L’événement a suscité l’intérêt de plus de 700 professionnels, institutionnels et l’intervention de plus de 25 experts nationaux et internationaux des mondes de l’industrie et de l’énergie qui ont répondu présent pour débattre des enjeux de l’énergie dans l’industrie. Lors du premier panel, les thématiques abordées sont Le mix-énergétique pour l’industrie marocaine et la place de l’énergie renouvelable, le pétrole, le gaz et l’hydrogène ; ainsi que la législation marocaine : la loi 13-09 et la loi sur l’autoproduction.

A ce sujet, M. Mohamed Bernanou, Conseiller du ministre auprès du ministère de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement a souligné que « les problématiques majeures des stratégies énergétiques nationales sont, la question de la sécurité énergétique, celle de la compétitivité et celle des coûts de production. Ce sont éléments qui vont guider l’élaboration d’une stratégie énergétique nationale. L’objectif d’une telle stratégie est de faire travailler les différentes sources d’énergie de manière complémentaire et non concurrentielle. »

Quant à M. Abdellatif Bardach, Président de l’Autorité Nationale de Régulation de l’Électricité (ANRE), il a soulevé l’importance du secteur industriel dans la demande énergétique. « Les priorités de notre approche est de créer une symbiose entre les différents intervenant du secteur pour atteindre les objectifs fixés par Sa Majesté Le Roi Mohammed  VI ».

De son côté, M. Rachid Idrissi Kaitouni, Président de la Fédération de l’énergie, soutient de son côté que « les deux facteurs énergétiques Les deux facteurs énergétiques importants pour que l’industrie marocaine développe son marché national au détriment de l’importation et augmenter les volumes exportés sont :

  • Avoir l’accès à une énergie compétitive ;
  • Utiliser une énergie propre et décarbonée pour répondre aux contraintes imposées par les différentes législations sur le plan environnemental et aussi répondre à un marché de plus en plus sensible aux enjeux du réchauffement climatique et au développement durable.

Selon M. Idrissi Kaitouni, le mix énergétique qui répond à ces deux défis est celui présenté lors de la stratégie énergétique en 2009 devant Sa Majesté le Roi et qui repose sur deux piliers à savoir  le renouvelable (Éolien, solaire et hydraulique) pour la production de l’électricité avec un objectif de 52% de la puissance installée en 2030 ; et le gaz naturel, compte tenu de sa complémentarité avec le renouvelable et de sa faible émission en carbone comparé au charbon.

Pour sa part, M. Badis Derraji, Directeur Général Régional ACWA Power, indique que « Il y a dix ans tout le monde avait des doutes sur la viabilité et la compétitivité des énergies renouvelable. Aujourd’hui, je suis fasciné par le bon fait par la technologie pour réduire les coûts et augmenter l’efficacité de ses sources alternatives ».

Philippe Miquel, Président Directeur Général d’Engie Services, affirme pour sa part que « le monde de l’énergie décentralisée est celui de demain. Mais il est important de ne pas opposer les solutions énergétiques les unes aux autres mais plutôt œuvrer à leur complémentarité en vue de maintenir la compétitivité de l’industrie marocaine sur le marché mondial. »

Lien Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=itkehzd09zQ