Le Maroc engagé à ne pas autoriser l’importation de déchets toxiques ou non conformes aux normes nationales, a affirmé le ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement. «Le Royaume est engagé aujourd’hui et comme toujours à ne pas accepter d’importer des déchets toxiques, dangereux pour l’environnement et qui sont non conformes aux normes nationales encadrées par l’article 42 de la loi N° 28.00 publiée le 7 décembre 2006 relative à la gestion des déchets et leur élimination», a indiqué le ministère dans un communiqué. Le ministère rappelle que le Maroc importe depuis plusieurs années des déchets non toxiques et non dangereux pour l’environnement utilisables dans une série d’industries manufacturières, a précisé le département de tutelle en interaction avec la polémique suscitée suite à la publication des deux décisions ministérielles relatives à l’application de certaines dispositions du décret N° 2.17.587 fixant les conditions et les modalités d’importation, d’exportation et de transit des déchets.
Selon la même source, le Royaume a importé, entre 2016 et 2019 (avant la publication des deux décisions) près de 1,6 million de tonnes de ces déchets qui constituent des matières premières pour l’énergie et l’industrie tels que le tissu, le plastique, le papier et les minéraux, notant qu’il ne dispose que d’une petite quantité de ces déchets qui sont soumis à une forte concurrence et à une compétitivité entre les entreprises internationales, en particulier avec le développement du domaine du recyclage et de la réutilisation des déchets dans le cadre de l’économie verte et circulaire.
Après avoir salué l’interaction de la société civile avec les décisions ministérielles et son souci à l’égard des questions liées à l’environnement, le ministère a souligné le besoin d’une adhésion forte et efficiente des acteurs associatifs œuvrant dans le domaine, relevant que ces deux décisions sont venues encadrer le processus d’importation des déchets non dangereux et non de l’autoriser et d’assurer un cadre juridique intégré des opérations d’importation, d’exportation et de transit des déchets. Il a par ailleurs expliqué que l’importation des déchets est soumise à une série de normes et de conditions pour qu’ils ne nuisent pas à l’environnement et que seuls sont autorisés à l’importation les déchets qui seront valorisés et recyclés et non enfouis, précisant que ces déchets autorisés à l’importation sont fixés conformément au décret N° 02.07.253 du 18 juillet 2008