Le Complexe solaire Noor Ouarzazate, noor, technologie thermo-solaire (CSP), héliostat. Energie solaire-AN

Le Maroc fait figure de “modèle régional en Afrique” dans l’indice de performance climatique (CPI) 2021, rapporte mercredi le portail d’information européen “EU Political Report”.
“Le Maroc est classé plus haut que tous les États membres de l’UE à l’exception du Danemark et de la Suède – ce qui montre que le pays peut être un véritable leader régional à cet égard pour le continent africain”, souligne le portail.
Produit depuis 2005 par German Watch, Climate Action Network International et le New Climate Institute, le CPI évalue la transparence dans la politique climatique, compare les efforts de protection du climat et permet d’apprécier les progrès et les limites.
Dans le classement de cette année publié le 7 décembre, trois pays en développement figurent parmi les dix premiers, en l’occurrence le Maroc, le Chili et l’Inde.
“Que le Royaume du Maroc soit dans le premier classement mondial est le résultat d’une stratégie portée au plus haut niveau de l’État, avec des institutions dédiées, une réglementation adaptée et des objectifs chiffrés”, relève le portail, citant Saïd Mouline, Directeur général de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE).
“Ajoutez à cela une bonne gouvernance et un suivi périodique, et les résultats sont là”, a précisé M. Mouline, qui était responsable du pôle partenariat public-privé à la COP22.
L’indice de cette année brosse un tableau mitigé de l’action climatique dans l’UE, qui se trouve maintenant à un carrefour. Les pays scandinaves de l’UE, le Portugal et l’UE dans son ensemble se classent en tête de l’indice avec des indicateurs relativement bons. Cependant, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque sont à la traîne en matière de progrès climatique au sein du bloc.
“D’un autre côté, nous voyons de nombreux pays plus petits comme le Portugal, le Maroc, le Chili et d’autres en Europe qui fonctionnent beaucoup mieux”, a fait observer Stephan Singer, conseiller principal auprès de Climate Action Network.
Selon lui, “en tant que société civile, pour lutter efficacement contre la crise climatique, nous devons démanteler le modèle économique des entreprises de combustibles fossiles du monde entier”.
Dans l’ensemble, les émissions de gaz à effet de serre ont légèrement augmenté, mais diminuent en fait dans plus de la moitié des pays (32) étudiés. Dans les deux tiers des pays (38), plus de 10% de l’énergie primaire totale requise provient désormais de sources renouvelables et dans douze pays, les énergies renouvelables représentent plus de 20%.