Le ministre des Affaires étrangères, du Commerce et de la Coopération internationale de la République du Suriname, Albert Ramdin s’est dit particulièrement intéressé par l’expérience du Maroc dans le domaine de l’environnement.
“Nous espérons avoir dans le futur une coopération technique (…), surtout en environnement, mais aussi développer le secteur des mines et de l’énergie”, a affirmé M. Ramdin, au terme de ses entretiens, le 11 mars à Rabat, avec le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah.
“C’est très important pour nous, car nous sommes le deuxième pays dans le monde en termes de couverture forestière, donc nous avons beaucoup à protéger”, a-t-il expliqué, soulignant que son pays peut s’inspirer de l’expérience du Maroc dans ce domaine.
Le diplomate s’est, également, dit impressionné par la réflexion stratégique du ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, ainsi que par l’expérience marocaine dans le domaine des mines et de l’environnement.
De son côté, M. Rabbah a indiqué, dans une déclaration similaire, que ses entretiens avec le responsable surinamien étaient particulièrement consacrés à la coopération en matière de l’énergie, des mines et de l’environnement, faisant savoir qu’un comité bilatéral et d’autres rencontres sont envisageables avec des ministres de Suriname.
“Le Suriname est convaincu que le Maroc peut constituer un hub vers l’Afrique et l’Europe”, a affirmé M. Rabbah, précisant que ce pays “peut jouer un très grand rôle dans la connexion de l’Amérique latine avec notre pays, dans tous les domaines”.
Saluant le développement des relations bilatérales, surtout politiques et diplomatiques, M. Rabbah a affirmé que les deux pays redoubleront d’efforts dans d’autres volets, notamment économique.
La nouvelle orientation du Maroc est de raffermir ses relations politiques et les développer pour englober d’autres domaines économiques et sociaux, a-t-il relevé.
Lors de ces entretiens, M. Rabbah s’attardant sur les opportunités que peut offrir le Maroc, a présenté à M. Ramdin les investissements du Royaume dans le domaine des phosphates, en interne et en externe, notamment dans le secteur des engrais.
De même, le responsable marocain a insisté sur la position géostratégique du Maroc qui lui permet d’assurer une connexion maritime et aérienne, particulièrement vers des destinations lointaines.
Au terme de cette rencontre, les deux responsables se mis d’accord pour l’organisation de réunions virtuelles, afin de poursuivre les discussions au sujet de la coopération entre les deux pays.