Le coup d’envoi des travaux de construction du nouveau siège du Laboratoire national de l’énergie et des mines (LNEM) de Casablanca a été donné, le 26 mai, par le ministre de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbah.
Cette structure permet de contrôler la conformité des produits pétroliers aux caractéristiques réglementaires et d’analyser les échantillons prélevés par les directions régionales et provinciales du département de l’Energie et des mines, ou à la demande des tiers (sociétés pétrolières, Douane, etc).
S’exprimant à cette occasion, M. Rabbah a indiqué que la construction de ce nouveau laboratoire, en plus de la mise en place de ses équipements, nécessitera un investissement global d’environ 20 millions de dirhams (MDH), ajoutant que celui-ci fait partie de tout un dispositif destiné à renforcer la bonne gestion du secteur des hydrocarbures dans le Royaume.
Le ministre a, à cet effet, souligné que la simplification des procédures a permis d’augmenter le nombre des investissements dans le secteur qui a connu l’implantation d’une dizaine de nouvelles entreprises, favorisant ainsi une “véritable dynamique compétitive”.
Cette simplification de procédures a permis également l’octroi de la création des stations à tous les investisseurs. “Nous sommes passés d’une moyenne de 50 stations par an à presque 200 stations, ce qui démontre que la demande en la matière est assez conséquente”, a fait valoir M. Rabbah. Il a, en outre, fait savoir que le ministère a opéré avec les différents acteurs privés en termes de renforcement des capacités du stockage, précisant que près de 4 milliards de dirhams ont été investis, actuellement, dans le domaine.
Le ministre a, par ailleurs, indiqué qu’un système concernant les solutions technologiques permettant de suivre la traçabilité des produits et le contrôle de la qualité vient d’être lancé par appel d’offres, dans l’optique de satisfaire les grands investisseurs, l’investisseur moyen souhaitant développer sa station et le citoyen qui veut avoir un produit de qualité.
Pour sa part, Mohssine Zaidi, Chef de la division des Laboratoires de l’énergie, des Mines et de la Géologie au LNEM, a fait remarquer que la création de ce nouveau projet permettra d’asseoir la sécurité au sein du laboratoire en assurant le confort de son personnel ainsi que ses usagers, en plus de le préparer pour l’obtention de l’accréditation selon la norme internationale ISO 17025.
Il s’agit également, d’après M. Zaidi, de porter à la hausse la capacité de réception d’échantillons prélevés pour analyse et contrôle et ce, à tous les stades depuis l’importation jusqu’à leur mise à la disposition du consommateur final.