Face à la problématique environnementale planétaire, la réponse du Maroc a été à la hauteur d’un enjeu étroitement lié à tous les aspects de la société: globale, ambitieuse et résolue. Un engagement qui s’était traduit, encore une fois, par l’adhésion au nouveau cadre mondial sur “l’éducation en vue du développement durable : vers la réalisation des ODD” ou “l’EDD pour 2030”, adopté en novembre 2019 par la 40ème session de la Conférence générale de l’UNESCO et reconnu par l’Assemblée générale des Nations Unies.
Ce nouveau cadre, qui a pour but d’intensifier l’action de la Décennie des Nations Unies pour l’éducation au service du développement durable (2005-2014) et du Programme d’action global (GAP) pour l’EDD (2015–2019), rejoint en effet l’action de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, qui a fait de l’Éducation au Développement Durable la mission principale de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement. Tous les programmes que la Fondation développe se comprennent, en effet, au travers de cet objectif prioritaire.
L’EDD pour 2030 met l’accent sur la contribution de l’éducation à la réalisation de l’Agenda 2030 et des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). Elle vise à réorienter l’éducation et l’apprentissage afin de contribuer au développement durable et de renforcer l’éducation et l’apprentissage pour tous. Le cadre part d’un constat : les défis environnementaux sont étroitement liés à tous les aspects de nos sociétés, y compris nos systèmes sociaux, économiques et culturels. Par conséquent, la refonte de nos sociétés dans les limites écologiques de “la vie sur une seule planète” exigera une approche globale de la société a la transformation, qui commence par l’éducation et l’apprentissage.
Afin de répondre à ces défis, l’Éducation au développement durable (EDD) propose de soutenir les efforts qui visent à doter les apprenants des connaissances, des compétences, des valeurs et des attitudes nécessaires pour contribuer à un monde plus inclusif, juste, pacifique et durable.
Le nouveau cadre a été officiellement lancé lors de la Conférence mondiale de l’UNESCO sur l’éducation au service du développement durable, qui s’est tenue du 17 au 19 mai courant. Initialement prévue pour juin 2020, la Conférence a été reportée en raison de la pandémie de COVID-19.
La feuille de route a été lancée lors de cinq réunions régionales en ligne, organisées en novembre 2020 et suivies par 8.000 personnes dans le monde. Ces manifestations ont permis à des représentants de gouvernements et d’institutions nationales et régionales d’échanger sur leur expérience, les activités en cours, les principales difficultés et les engagements futurs en faveur de la mise en œuvre de l’Éducation au développement durable. Elle définit cinq domaines d’action prioritaires : promotion de politiques, transformation des environnements d’apprentissage, renforcement des capacités des éducateurs, mobilisation des jeunes et accélération de solutions durables au niveau local.
En ciblant les décideurs, les dirigeants institutionnels, les apprenants, les parents, les éducateurs, les jeunes et les communautés, l’UNESCO cherche à sensibiliser l’opinion mondiale aux défis du développement durable, en particulier la crise climatique, la dégradation de la biodiversité et d’autres défis environnementaux, et au rôle crucial de l’éducation en tant que facteur clé pour la réalisation des ODD.
Un enjeu d’autant plus crucial dans le contexte de la crise sanitaire actuelle, qui a contraint tout le monde à réfléchir aux modes de vie actuels, au vivre-ensemble, aux moyens de subsistance et de partage de la planète. Une occasion particulière aussi pour changer de cap, repenser nos sociétés et éduquer les femmes et les hommes de demain à la protection de l’environnement.
Une mission qui n’est guère étrangère à l’action de la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement, qui s’est naturellement inscrite dès le départ à cette Décennie, notamment à travers des programmes complètement dédiés à l’éducation. L’on peut notamment citer les Éco-Écoles pour les écoles préscolaires et primaires, les jeunes reporters pour l’environnement pour les collèges et les lycées, les Global Schools et l’exercice de cartographie des thématiques de durabilité dans le curriculum scolaire, la formation des jeunes journalistes à travers une plate-forme d’enseignement à distance e-learning ou encore le développement d’outils pédagogiques en ligne.
L’une des belles réalisations de la Fondation est la création du Centre international Hassan II de formation à l’environnement, nommé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI et porté par Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa. Une structure entièrement dédiée à la sensibilisation et l’éducation à l’environnement de toutes les cibles qu’elle vise : enfants, société civile, entreprises, administrations, collectivités territoriales. Il est aussi l’aboutissement de 20 années d’engagement de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Hasnaa, de ses partenaires et de sa Fondation depuis sa création en 2001. Le Centre a été inauguré par Son Altesse Royale en juin 2019, en tant que bras académique et pièce maîtresse de son cadre d’intervention.
Aujourd’hui, avec le nouveau cadre de l’EDD, la Fondation Mohammed VI pour la Protection de l’Environnement et l’UNESCO ont l’opportunité de renforcer leur partenariat logique, pérenne et fructueux.
L’engagement et la vocation principale de la Fondation en termes de sensibilisation et d’éducation à la protection de l’environnement l’érigent en effet en partenaire clé de réussite d’un projet de l’envergure de l’EDD-2030.