M. El Hafidi : « L’énergie, un facteur déterminant de la compétitivité et de la décarbonation »

,

L’énergie représente aujourd’hui un facteur déterminant de la compétitivité et de la décarbonation, a affirmé, le 29 mars à Casablanca, le Directeur Général de l’Office National de l’Électricité et de l’Eau Potable (ONEE), Abderrahim El Hafidi.

S’exprimant lors d’un panel sous le thème « Décarbonation et efficacité énergétique et hydrique pour l’industrie » tenu dans le cadre de la première édition de la Journée nationale de l’Industrie, M. El Hafidi a souligné que le secteur énergétique est responsable de 3 quarts des émissions de gaz à effet de serre (GES), notant qu’une politique énergétique adéquate permettra d’assurer la compétitivité de l’économie marocaine, et de réduire la dépendance extérieure.

« Le mix énergétique au Maroc est tellement diversifié qu’il faut commencer à répondre à la nécessité de concilier entre la compétitivité et la décarbonation », a-t-il dit, ajoutant que la véritable problématique aujourd’hui est celle de préparer les acteurs industriels à la contribution à l’efficacité énergétique.

À présent, l’industrie marocaine consomme 20% de l’énergie totale produite au Maroc, dont seulement 62% est destinée aux produits pétroliers et 30% à l’électricité, a relevé M. El Hafidi. Et d’ajouter que « ces 30% de l’électricité consommée par l’industrie marocaine représentent 35% de l’électricité produite au niveau national, avec pas plus que 30% de l’énergie renouvelable, et 70% de l’énergie grise. La conclusion aujourd’hui est que l’industrie marocaine constitue un grand défi face à la décarbonisation ».

Il a ainsi souligné que les stratégies d’efficacité énergétique permettent d’optimiser les niveaux de consommation et d’émissions, rappelant que le Maroc a pu tirer des leçons des anciennes crises, dont celle de 2022 qui a constitué le quatrième choc pétrolier, et a compris qu’il faut revoir le modèle énergétique, et principalement le mix énergétique, améliorant ainsi ses performances en termes d’émissions, d’indépendance extérieure et de compétitivité du secteur énergétique.

À cet égard, M. El Hafidi a fait valoir que la réussite d’une stratégie d’efficacité énergétique et de décarbonation nécessite le renforcement de l’indépendance du Maroc en matière d’énergie, à travers la valorisation des énergies dont le pays dispose, précisant que le Maroc ambitionne d’augmenter la part des énergies renouvelables à 54% dans la puissance globale installée à l’horizon 2030.