Electronucléaire

Le Maroc considère, dans le cadre de sa stratégie énergétique, l’électronucléaire comme étant une option à considérer dans le mix énergétique national à long terme, a affirmé, lundi 19 octobre à Rabat, le ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Abdelkader Amara.
« Convaincu du rôle important de l’énergie nucléaire pour réduire la dépendance énergétique nationale, la lutte contre les émissions des gaz à effet de serre et l’atténuation des effets des changements climatiques ainsi que pour le dessalement de l’eau de mer, le Maroc considère l’électronucléaire comme étant une option à considérer dans le mix énergétique national à long terme », a relevé M. Amara dans une allocution à l’occasion de la visite d’une mission d’experts de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), du 19 au 26 octobre.
Cette option présenterait également sur le long terme, des avantages précieux pour faire face aux problèmes liés au stress hydrique et ses conséquences sur l’économie et les populations que notre pays pourrait confronter à l’avenir.
Le ministre a noté que le Maroc prend en considération cette option dans ses prévisions à long terme à partir de 2030 et ce, dans le cadre du développement des énergies alternatives englobant aussi les schistes bitumineux, la biomasse, la géothermie et les énergies marines.