Après le britannique BP et l’américain Chevron, c’est au tour d’un autre acteur de renom, le groupe anglo-néerlandais Shell, de conclure un contrat de reconnaissance avec l’ONHYM portant sur le bloc dénommé Issouka, situé en zone onshore dans le nord-est du Maroc.

« L’accord est prévu pour une durée de 12 mois avec une possibilité d’extension, voire de reconversion en licence d’exploration en fonction des résultats obtenus », a affirmé la direction de la communication de Shell pour l’Afrique et le Moyen-Orient, basée à Dubaï, citée par Jeune Afrique.

A pour rappel au total, 33 groupes étrangers recherchent actuellement des hydrocarbures au Maroc, en partenariat avec l’ONHYM qui conserve une part minimale de 25% dans chaque projet.