La COP 22, qu’abritera Marrakech en novembre prochain, se prépare dans le respect des engagements, selon M. Abdeslam Bekrate, Chef du Pôle Logistique et Sécurité de la COP 22, Wali au ministère de l’Intérieur.
« Les travaux et préparatifs de la COP 22 avancent très bien, au moment où le site de la manifestation évolue de manière très sereine dans le respect des délais préfixés et des cahiers de charges relatifs à la qualité des prestations », a relevé, M. Bekrate, lors d’une rencontre, le 28 juillet, dédiée à la presse locale pour s’informer sur les différents aspects de ce sommet environnemental planétaire.
Il a, en outre, précisé que les différentes composantes de la société, que ce soit des organismes gouvernementaux, non gouvernementaux et de la société civiles ne doivent ménager aucun effort en vue d’être à la hauteur de ce rendez vous mondial.
M. Bekrate a, de même, appelé à jeter la lumière sur les différents projets et réalisations initiés par le Royaume dans le secteur environnemental ainsi que dans les différents domaines d’activité, de manière à véhiculer une bonne image sur le Royaume et refléter par conséquent, la dynamique de développement enclenchée.
Intervenant sous le thème « Faire de la COP22, la COP de la démocratie, de la parité et de la société civile », le Chef du Pôle Société Civile, Président du Conseil national des droits de l’Homme, Driss El Yazami a de son côté, noté que pour la première fois à l’échelle mondiale, la migration environnementale dépasse celle pour des raisons politiques, avec 23 contre 21 millions de migrants.
Il a, aussi, relevé l’impératif de soutenir les femmes vulnérables qui participent le plus à la gestion des effets néfastes des changements climatiques à travers l’initiation d’activités ayant trait avec le développement durable.
M. El Yazami a, entre autres, plaidé pour une évaluation critique des politiques publiques dédiée à la cause environnementale avec la participation de l’ensemble de la société, signalant que le financement de l’adaptation au changement climatique en Afrique, qui constitue le continent le plus menacé, s’élève à 50 milliards de dollars.
Quant à Mohamed Benyahia, Chef du Pôle Side Events, Directeur au ministère délégué chargé de l’Environnement, qui a axé son intervention sur les « 20 ans de politique environnementale au Maroc », il a souligné que cette rencontre avec la presse régionale et locale vise à expliquer les objectifs de la COP22, au plan national, régional et mondial.
Il a également précisé que cette journée d’information ambitionne de faire connaitre les projets qui se préparent d’arrache pieds à Marrakech de manière à ce qu’elle soit prête pour accueillir ce sommet environnemental phare.
Et de rappeler que la ville ocre avait déjà abrité la COP7 en 2001, notant que la spécificité de cette édition réside en son caractère de mise en œuvre notamment en relation avec l’accord de Paris.