L’objectif de porter la part des énergies renouvelables de 42% de puissance installée, objectif fixé pour 2020, à 52% à l’horizon 2030, de la capacité électrique au Maroc, a été construit par rapport à une logique d’ambition et de chiffrage, a souligné le président de MASEN, Mustapha Bakkoury.

« Nous avons lancé les renouvelables avec l’idée d’en faire un pilier structurel des métiers énergétiques au Maroc. L’idée est d’aller le plus loin et le plus longtemps possible », a-t-il indiqué dans un entretien publié le 25 octobre sur le site français « L’Usine Nouvelle », notant que le Royaume à également ouvert la porte pour explorer d’autres sources d’énergies comme la biomasse ou les énergies marines pour préparer l’avenir.

« Le renouvelable ferait un peu plus de 12 GW en 2030 », a indiqué Bakkoury, expliquant que le Maroc va ajouter 3GW d’ici 2020 et 6GW de 2020 à 2030 au minimum.

« Pour 2020, le plan de marche a été validé. Celui-ci comprend Noor 2,3 et 4, ainsi que le plan éolien qui est déjà bien avancé ».