Le projet du parc éolien de Jbel Lahdid (25 km au nord-est d’Essaouira), dont le lancement des travaux est prévu pour cette année, a été présenté, mercredi 26 janvier à Essaouira, par des cadres de l’Office national d’électricité et de l’eau potable (ONEE-Branche électricité), lors d’une journée d’information et d’échanges. D’un investissement global de 11 milliards DH, dont 2,67 milliards DH pour le projet de parc éolien Jbal Lahdid, ce projet d’envergure nationale bénéficiera d’un financement de la Banque européenne de développement (200 millions euros), la coopération maroco-allemande par le biais de KFW (130 millions euros), la Banque africaine du développement (31 millions de dollars et 40 millions euros) et de l’Union européenne (15 millions euros).
Le projet « 
Jbel Lahdid » qui sera érigé sur 2.557 ha, consiste en la construction d’un parc éolien d’une capacité installée totale de 200 Mégawatts. Près de 60 éoliennes seront installées aux crêtes du Jbel Kourati et Jbel Lahdid.
Ce projet remplacera environ 158.103 tonnes équivalent de pétroles et évitera les émissions dans l’atmosphère d’environ 475.200 tonnes de CO2/an.
Ce projet a pour objectifs la valorisation du potentiel marocain d’énergie éolienne et le développement d’une industrie éolienne marocaine par le biais du transfert d’un savoir-faire.
Dans une allocution de circonstance, le gouverneur de la province d’Essaouira, Jamal Makhtatar, a souligné que le projet du parc éolien de Jbel Lahdid s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la nouvelle stratégie énergétique du Maroc lancée par SM le Roi Mohammed VI.
Cette stratégie, adoptée en mars 2009, a pour objectifs principaux de sécuriser l’approvisionnement en diverses formes d’énergie, d’en assurer l’accessibilité à des prix optimisés, de rationaliser l’utilisation des sources énergétiques tout en veillant au respect de l’environnement.
La responsable du bureau d’étude a présenté les conclusions de l’Étude d’impact environnemental et social stratégique (EIES) du parc éolien de Jbel Lahdid.
Les éoliennes seront installées loin des agglomérats, a-t-elle assuré, ajoutant que le site sera en harmonie avec son environnement.
« Il n y a pas d’incompatibilité environnementale ou sociale pour
l’installation du parc éolien Jbel Lahdid », a-t-elle conclu.
Les autres intervenants, dont des représentants de la société civile et des élus, ont relevé que ce projet aura un impact positif sur les communes de Moulay Bouzerktoun, Had Dra, Akermoud, Talmest, Kourati, Abdeljalil, Takat, qui sont directement concernées par ce projet.
Ce projet aura aussi des impacts positifs sur l’économie locale, ont-ils noté, ajoutant que le projet contribuera à la création de postes d’emploi durant les étapes de réalisation et d’exploitation, la construction de routes et la construction d’infrastructures dans les communes concernées.
A rappeler que ce projet sera géré par l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN) ou/et l’ONEE-BE.
Organisée par la Province d’Essaouira en partenariat avec l’ONEE-Branche électricité, cette rencontre a connu la participation notamment des chefs des services extérieurs, des représentants d’institutions centrales et régionales concernées par le thème de l’environnement, des chercheurs universitaires de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, des élus et des représentants de la société civile.
Cet événement a permis de présenter les différents aspects du développement du projet envisagé et de répondre aux questions relatives à la phase de construction, à la période d’exploitation, mais également au respect des contraintes d’urbanisme et de la diversité environnementale.