Sur les six premiers mois de 2017, la Lyonnaise des Eaux de Casablanca (Lydec) a réalisé un résultat net en progression de 23% par rapport à la même période de 2016. Le résultat net, qui avait été très fortement impacté à fin juin 2016 par une situation climatique particulièrement défavorable et par un retard de mise en œuvre du programme des travaux, se redresse au terme du semestre écoulé et s’élève à 108 millions de dirhams (MDH), souligne la Lydec dans une communication financière. Suivant la même tendance, le chiffre d’affaires du délégataire des services de distribution d’eau et d’électricité ainsi que de l’assainissement du Grand Casablanca ressort en appréciation de 4,6% à 3,5 milliards de dirhams (MMDH). Cette progression s’explique essentiellement, selon la société, par la récupération de l’augmentation des prix d’achats d’électricité au 1 er janvier 2017, conformément au contrat programme Etat-ONEE. Lydec a noté, dans ce cadre, une stabilité des volumes d’électricité vendus, à

fin juin 2017, marquée par la poursuite de la baisse de la consommation unitaire des particuliers, compensée par une légère reprise des volumes distribués aux industriels. Lydec a également ajouté que le rendement du réseau électricité a été maintenu à un niveau similaire à celui enregistré au S1 2016, avec la poursuite des plans d’actions de réduction des pertes. Pour leur part, les écoulements de l’eau s’apprécient de 2,2%, portés principalement par l’augmentation du nombre de clients, relève la même source, qui note une légère baisse du rendement, marqué par une augmentation des fuites durant la saison des pluies. De son côté, l’excédent brut d’exploitation (EBE) s’établit à 471 MDH, en accroissement de 18 MDH par rapport au S1 2016, grâce à la croissance des activités Travaux générant des recettes de maîtrise d’œuvre et à la poursuite de la maîtrise des charges d’exploitation, précise Lydec dans son communiqué publié sur le site web de la Bourse de Casablanca De même, le résultat financier en amélioration de 5 MDH limite son déficit à -36 MDH, suite notamment à la diminution de l’endettement long terme, du fait principalement de la poursuite du remboursement de l’emprunt obligataire. Pour ce qui est des investissements de la gestion déléguée, ils se sont élevés à 457 MDH, dont 199 MDH financés par le Délégataire. Par ailleurs, Lydec revient sur les principaux faits marquants du semestre, notamment le lancement officiel, en février dernier, de l’étude du Schéma Directeur d’Aménagement Lumière (SDAL) de Casablanca. Cette initiative entre dans le cadre du Plan de Développement du Grand Casablanca (2015-2020) qui vise à améliorer le cadre de vie des habitants. La société a aussi mis en avant la signature, en mars dernier, de la convention de création du « Réseau Local du Pacte Mondial » au Maroc, lancé par la CGEM et le PNUD, et dont l’objectif principal est d’inciter des entreprises à adopter une attitude socialement responsable. Ce réseau comprend un noyau dur constitué de 7 entreprises, dont Lydec, qui siègeront au comité de pilotage du réseau. Autre faits saillants, le succès de l’audit de reconduction de l’accréditation ISO 17025 du Centre Technique de Métrologie, suite à la visite, en avril dernier, des auditeurs du Service Marocain d’Accréditation (SEMAC), confirmant ainsi l’exigence de Lydec en termes de maîtrise de la qualité et le respect des normes. Le semestre dernier a été marqué également par la consolidation de la reconnaissance RSE via l’obtention, de nouveau, du trophée « Top

Performers RSE » décerné par le cabinet Vigeo Eiris, qui récompense 15 entreprises pour leur engagement en faveur du développement durable.