Le Maroc constitue un exemple en matière de développement des énergies renouvelables, a indiqué, jeudi 26 octobre à Dakar, le Directeur général de l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER) du Sénégal, Djiby Ndiaye. « Le Maroc est aujourd’hui le premier pays africain qui s’est le plus investi dans le développement des énergies renouvelables, aussi bien à travers l’installation de grandes centrales solaires, de centrales éoliennes, dans la formation en plus de la mise en place de nombre d’institutions, comme MASEN (l’Agence marocaine pour les énergies renouvelables), l’AMEE (Agence marocaine pour l’efficacité énergétique) ou l’ADERE (Agence nationale pour le développement des énergies renouvelables et l’efficacité énergétique) », a-t-il déclaré en marge du premier Salon de l’économie verte des Etats membres de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) qui s’est tenu, du 26 au 29 courant à Dakar, avec le Maroc comme invité d’honneur. « Le Maroc est un partenaire stratégique du Sénégal, un pays ami et frère. Mais au-delà de ces considérations, le Maroc est un pays sur lequel nous comptons beaucoup dans de nombreux domaines, notamment celui du développement des énergies renouvelables », a-t-il lancé, rappelant que son agence est liée par des conventions de partenariat avec MASEN et l’AMEE. L’organisation de ces deux grands évènements, en l’occurrence le premier salon de l’économie verte et le 7è salon international des énergies renouvelables et de l’environnement en Afrique vise à réunir tous les acteurs des secteurs des énergies renouvelables et du développement durable, pour présenter leurs produits, les exposer mais également débattre de tous les sujets relatifs aux énergies renouvelables, à l’économie verte et au développement durable. « Le potentiel est là, mais le seul obstacle à l’essor des énergies renouvelables en Afrique est le financement des grands projets, en particulier ceux étatiques, visant à accompagner le petit secteur privé, les maraichers, les ménages, la petite et moyenne industrie et le secteur tertiaire », a-t-il souligné. Ces deux salons ont été organisé par l’ANER en collaboration avec le Centre islamique pour le développement du commerce (CIDC). Un colloque scientifique sur le thème « Vers l’économie verte : énergies renouvelables et développement durable », s’est tenu en marge de l’exposition qui couvre 2000m2. Des B to B et des visites de sites dédiés aux énergies renouvelables figuraient également au programme de ce Salon.