Le groupe public chargé de piloter les énergies renouvelables au Maroc « MASEN » prend part activement aux côtés des acteurs marocains des énergies renouvelables et du développement durable, aux activités du pavillon marocain à la COP23. Désireux d’échanger et de partager son expérience avec l’ensemble des participants, MASEN proposera lundi un Side-Event au sein du pavillon Maroc. Outre les enjeux du réchauffement climatique pour le Royaume, le pilote des énergies renouvelables au Maroc présentera les initiatives visant le développement de ses projets dans le solaire, l’éolien et l’hydraulique. La participation de MASEN à la COP23 a pour objectif de mettre en valeur le rôle essentiel des énergies renouvelables dans la lutte contre le réchauffement climatique et la contribution du pilote des énergies renouvelables au Maroc à une plus grande indépendance énergétique des pays les moins avancés, prérequis indispensable au développement économique et social.

La participation de MASEN à la COP23 permet, ainsi, de présenter et de valoriser le modèle singulier de développement des énergies renouvelables du Maroc, un modèle servant le développement économique et social du Royaume. Elle sera également l’occasion d’enrichir l’approche et les pratiques du pilote des énergies renouvelables au Maroc à travers le partage d’expériences avec les autres délégations présentes. Le Maroc dispose d’une capacité de production d’origine hydraulique de 2120 MW. Afin d’atteindre ses objectifs de 42 % de production d’électricité d’origine renouvelable à horizon 2020, une capacité de 1700 MW a été engagée pour le solaire.

Pour l’éolien, 1350 MW sont déjà en exploitation et 5 projets de grande envergure (Midelt, Boujdour, Jbel Hdid, Tiskrad, Tanger 2) représentant un investissement de 11 milliards DH sont en cours de réalisation pour une capacité additionnelle de 850 MW d’ici 2020. Ainsi, le Royaume augmente ses chances d’atteindre les objectifs qu’il s’est fixé en la matière. Le Pavillon marocain à la COP23 se veut une tribune pour mettre en avant les réalisations nationales dans le domaine de lutte contre les changements climatiques, à travers l’organisation d’environ 40 activités parallèles et rencontres animées par divers acteurs nationaux, avec la participation notamment de partenaires internationaux.