La production nationale de l’énergie électrique s’est affermie de 5,8% au terme des cinq premiers mois de 2018, après une hausse de 2,9% une année auparavant, selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Économie et des finances.


Cette dynamique a résulté de la hausse de la production de l’ONEE de 11,1%, portée par le bon comportement de la production d’origine thermique et hydraulique de 10,3% et 18,9% respectivement, explique la DEPF dans sa dernière note de conjoncture, ajoutant que cette évolution a bénéficié également de la hausse de la production privée de 2,4%, après un recul de 0,9% à fin mai 2017.


Du côté des échanges du secteur avec l’extérieur, le volume des importations de l’énergie électrique s’est replié de 20,2% au terme des cinq premiers mois de 2018, après une hausse de 13,8% une année auparavant, compte-tenu d’une augmentation de l’énergie nette appelée de 1,2%. 


Quant à la consommation de l’énergie électrique, elle est restée quasiment inchangée par rapport à fin mai 2017 (-0,2%), relève la DEPF, qui explique cette légère baisse par le retrait de la consommation de l’énergie de très haute, haute et moyenne tension de 1,1%, allégé par la hausse de celle de basse tension de 3,1%.