La Fédération de l’énergie a organisé, le 17 octobre, à Casablanca une rencontre dédiée aux perspectives énergétiques en Méditerranée.

Une occasion pour l’Observatoire méditerranéen pour l’énergie (OME) de présenter sa dernière publication qui fournit en effet une analyse approfondie du secteur dans la région méditerranéenne avec un aperçu complet de son évolution passée, de la situation présente ainsi qu’une perspective à l’horizon 2040.

Deux scénarios ont été établis dans ce sens dressant ainsi un portrait préoccupant du futur énergétique de la Méditerranée.

Pour le Maroc, l’OME indique que la demande doublerait dans le scénario de référence alors qu’elle baisserait d’un quart dans le scénario proactif par rapport au premier scénario.

La production électrique triplerait dans le scénario de référence avec 26 % de la production provenant des renouvelables contre 44 % dans le proactif. L‘Observatoire estime par ailleurs que la part des renouvelables restera la plus élevée dans le secteur électrique (44 %) mais pourrait atteindre quasi 20 % de la demande totale énergétique en 2040. Et d’ajouter que la consommation finale des renouvelables pourrait doubler mais leur part restera faible eu égard au potentiel et en termes de part. S’agissant des investissements cumulés, ils atteindraient au Maroc 113 milliards d’euros d’ici 2040 dans le scénario de référence contre 125 milliards dans le proactif.