14e conférence de l’énergie à Skhirat : Nécessité de consolider davantage le partenariat énergétique régional

,

Aziz Rabbah intervenant à l’ouverture de la 14-ème conférence de l’énergie

Le Maroc est appelé à consolider davantage le partenariat énergétique régional pour sécuriser son marché national dans un contexte mondial fluctuant, a souligné, le 19 novembre à Skhirat, le ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, Aziz Rabbah.
Intervenant à l’ouverture de la 14e conférence de l’énergie, placée sous le thème « Transition énergétique : quelle géostratégie régionale à l’horizon 2050? », M. Rabbah a affirmé que l’énergie est placée, plus que jamais, au centre des préoccupations de la communauté internationale, pour une transition vers les énergies vertes.
La stratégie du Maroc en la matière, a dit le ministre, vise à satisfaire la demande nationale en énergie, à protéger les consommateurs et à rentabiliser les investissements engagés dans ce domaine, notant que le partenariat régional renforcera le pouvoir de négociation du Royaume pour un meilleur approvisionnement.
La mise en œuvre de véritables partenariats implique un engagement encore plus fort du secteur privé et de l’ensemble des acteurs concernés, tant au niveau de l’innovation technologique, du transfert du savoir-faire, du renforcement des compétences ou de l’intégration industrielle, tout en tirant profit des opportunités de synergies et d’effet d’échelle, a-t-il soutenu.
De son côté, le président de la Fédération de l’énergie, Mohamed Rachid Idrissi Kaitouni a fait savoir que la transition énergétique nationale, lancée en 2009, sous l’impulsion de SM le Roi Mohammed VI, a connu une importante accélération.
M. Idrissi Kaitouni a affirmé qu’à la veille de la COP 24, le Maroc poursuit son rôle actif pour accélérer l’intégration des marchés régionaux, notant que le Royaume œuvre pour la promotion de la politique Sud/Sud et le renforcement de ses interconnexions électriques avec les voisins.
Pour sa part, le président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Salaheddine Mezouar a mis en exergue l’expérience du Maroc dans la gestion de la transition énergétique, soulignant la pertinence de cette politique face à une facture énergétique qui pèse lourdement sur les finances publiques.
Concernant les entreprises nationales, M. Mezouar s’est réjoui de l’implication du secteur privé dans la transition énergétique et de l’orientation de plusieurs groupes vers les énergies renouvelables, rappelant que ce secteur présente de multiples opportunités d’investissement à saisir.
Intervenant par la même occasion, le secrétaire d’État à l’énergie du Portugal, João Galamba a fait savoir que la transition énergétique constitue une opportunité pour concevoir à nouveau le modèle de développement économique, appelant dans ce sens à un effort collectif impliquant toutes les parties prenantes dans ce chantier.
Pour sa part, le secrétaire général adjoint de l’Union pour la Méditerranée, Jorge Borrego s’est félicité du modèle marocain dans le domaine des énergies renouvelables et des projets de l’énergie solaire et éolienne, appelant à une réglementation plus favorable au développement durable dans les pays de la Méditerranée.
Organisé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, par la Fédération de l’énergie, en partenariat avec l’Union pour la Méditerranée et l’appui du ministère de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, avec le Portugal comme pays invité, cette conférence a porté sur l’évolution de la transition énergétique et son intégration dans le cadre géostratégique régional.
Cette édition, a été marquée par des panels sur la transition énergétique, l’intégration des énergies renouvelables dans les systèmes et les marchés électriques régionaux et l’efficacité énergétique, a vu la signature d’une convention entre la Fédération de l’énergie et le ministère de l’Énergie, des Mines et du Développement durable, portant sur l’accompagnement de l’Observatoire marocain de l’énergie.