L’Agence Marocaine de l’Energie Durable (MASEN) est un partenaire de choix pour la Banque africaine de développement (BAD) grâce à son expérience, son expertise et sa position de référence en Afrique en matière de développement des énergies renouvelables, a indiqué à Johannesburg, la représentante résidente de la BAD au Maroc, Leila Farah Mokaddem.

MASEN et la BAD de par son rôle clé dans le montage de projets énergétiques et sa détermination à soutenir financièrement les pays africains à mettre en œuvre des actions visant à réduire leurs émissions carbones, et à répondre à leurs besoins énergétiques, ont convenu d’explorer la possibilité de travailler en partenariat afin d’accroître le développement des énergies renouvelables à l’échelle africaine.

La Lettre d’Intention, signée le 7 novembre à Johannesburg entre MASEN et la BAD dans le cadre du Forum africain sur l’investissement, poursuit Mme Mokaddem, fait suite à une longue coopération bilatérale entre les deux institutions et qui porte notamment sur le renforcement de l’intégration continentale, surtout en termes de transfert technologique et de savoir-faire, le développement des mécanismes permettant le renforcement des capacités, en particulier le montage de projets bancables répondant aux critères de financement des bailleurs de fonds et l’élaboration d’un nouveau modèle de coopération Sud-Sud dans le secteur des énergies renouvelables.

La Lettre d’Intention vise à appuyer les pays africains, en particulier ceux de la région du Sahel ciblés par l’initiative «Desert to Power», en matière de développement des technologies d’énergies renouvelables, explique-t-elle.

Le partenariat entre le Royaume du Maroc et le Groupe de la BAD, qui dure depuis près d’un demi-siècle, compte plus de 160 projets et programmes totalisant un engagement financier de plus de 10 milliards de dollars.