La centrale thermique de Safi, la première de type ultra-supercritique en Afrique, ayant nécessité un investissement global de 23 milliards de dirhams, vient d’être mise en service à la suite de 49 mois de travaux, ont annoncé, le 18 décembre l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et la société « Safi Energy Company » (Safiec), dans un communiqué conjoint.
« Le Conseil d’administration de la société « Safi Energy Company » (Safiec), réuni le 13 décembre 2018 à Casablanca, a pris acte et s’est félicité de la mise en service commerciale de la centrale thermique de Safi, intervenue le 8 décembre 2018 à la suite de 49 mois de travaux », indique le communiqué.

La centrale de Safi s’inscrit dans le cadre de la stratégie nationale, mise en œuvre par l’ONEE et visant à doter le Maroc de moyens de production électrique diversifiés permettant de satisfaire la demande croissante d’électricité et garantir l’équilibre offre-demande du système électrique national, au moindre coût et dans le respect de l’Environnement.

Dotée de deux unités totalisant une puissance installée de 1.386 MW, la centrale de Safi pourra satisfaire, à compter de 2019, jusqu’à 25% de la demande électrique nationale. L’ensemble de l’électricité produite sera fourni à l’ONEE dans le cadre d’un contrat d’achat et de fourniture d’électricité d’une durée de 30 ans, selon un montage de type Partenariat Public Privé (PPP) prévoyant le transfert total des actifs de la centrale à l’ONEE à la fin du contrat (schéma BOOT).

La centrale est développée, financée, construite et exploitée par la société de droit marocain Safiec dont les actionnaires sont Engie (35%), Nareva Holding (35%) et Mitsui & Co (30%). Le consortium formé par ces trois sponsors du projet a été retenu par l’ONEE en 2013, à l’issue d’un appel d’offres international, fait-on savoir.

La centrale de Safi est la première centrale thermique de type ultra-supercritique en Afrique. Cette technologie se distingue par un rendement énergétique plus élevé et une empreinte environnementale plus réduite, en comparaison avec les centrales au charbon conventionnelles, notamment en matière d’émissions de CO2.

Elle contribuera fortement au développement économique et social de la région de Safi, notamment en matière de création d’emplois directs et indirects et de développement du tissu des PME locales. A ce titre, la construction de la centrale a nécessité 48 millions d’heures de travail, soit en moyenne 6.800 emplois sur la durée du chantier de quatre ans. Pour la maintenance et l’exploitation, 900 emplois permanents sur site sont créés avec 200 emplois auprès de Safiec et 700 auprès de ses sous-traitants. Cette grande centrale électrique a nécessité un investissement global de 23 milliards de dirhams financé par un mix de fonds propres et de dette bancaire. Un nombre important de banques et institutions financières marocaines et internationales a participé au financement du projet : Attijariwafa Bank, Banque Centrale Populaire, Japan Bank for International Cooperation (JBIC), Nippon Export and Investment Insurance (NEXI), Crédit Agricole, Société Générale, BNP Paribas, Standard Chartered Bank, Banque Islamique de Développement, Bank of Tokyo, Mitsubishi UFJ, Sumitomo Mitsui Banking Corporation, Sumitomo Mitsui Trust Bank Limited et Mizuho Bank.

La construction de cette centrale a été confiée, dans le cadre d’un contrat de type EPC (clés en mains), à la société sud-coréenne Daewoo Engineering & Construction.