La production nationale de l’énergie électrique a enregistré une progression de 7,5% à fin octobre, après +6% au premier semestre 2018 et +3,1% il y a une année, indique la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Économie et des finances.
Ce résultat provient, notamment, de la bonne performance de la production privée (+8,2%), de celle des projets développés dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables (+73,3%) et de celle de l’ONEE (+2,2%), précise la DEPF dans sa note de conjoncture du mois de décembre 2018.
En revanche, la consommation de l’énergie électrique s’est repliée de 1,9% à fin octobre 2018, après un retrait de 2,6% à fin septembre et une hausse de 4,3% un an auparavant, relève la même source, expliquant cette évolution par la baisse des ventes de l’énergie de très haute, haute et moyenne tension de 6,2%, conjuguée à une quasi-stagnation de celles de basse tension (+0,3%).
Parallèlement, le solde des échanges de l’énergie électrique avec l’Algérie et l’Espagne (importations-exportations) s’est réduit de 35,8% à fin octobre 2018, en raison du recul du volume de l’énergie importée de 33,8% et de la hausse de celle exportée de 42,1%, dans un contexte d’une légère hausse de l’énergie nette appelée de 0,6%, après +5% à fin octobre 2017, fait savoir la note.