L’offre des produits pétroliers sur le marché national reste stable et suffisante pour couvrir tous les besoins des ménages et des secteurs productifs durant le mois de Ramadan qui connaît une hausse de la consommation du gaz butane, selon le ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement.

« Dans le cadre du suivi permanent de la situation de l’approvisionnement du marché national en produits pétroliers, particulièrement avec l’état d’urgence sanitaire décrété par le Maroc en vue d’enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19), le ministère de l’Energie, des mines et de l’environnement affirme que l’offre reste stable et suffisante pour couvrir l’ensemble des besoins des ménages et des secteurs productifs durant le mois sacré de Ramadan qui se caractérise par une augmentation de la consommation du Gaz butane ».

Dès le début de cette crise et dans le cadre d’une approche proactive contre toute éventuelle répercussion du covid-19, le ministère a pris une série de mesures en vue d’éviter des perturbations dans l’approvisionnement du marché national en bouteilles de gaz.
A cet effet, il a orienté ses services décentralisés, en coordination avec les autorités publiques, afin d’appeler les différents intervenants locaux, sociétés de production et de distribution et points de vente en détail de ces bouteilles, à respecter ces mesures.
Il s’agit de l’obligation de remettre une bouteille de gaz vide pour en acheter une nouvelle et la vente d’une seule bouteille par client à chaque étape d’approvisionnement.

Il est également question de garantir les moyens de transport adéquats pour assurer l’approvisionnement continu de ce produit, de prolonger les heures de travail dans les centres de remplissage afin de répondre aux besoins nationaux, ainsi que d’intensifier les visites des commissions de contrôle pour relever les dépassements et prendre les mesures légales contre les contrevenants.
L’application immédiate de ces mesures à l’échelle régionale a permis une stabilité de la demande et l’approvisionnement en gaz butane, relève le ministère, rappelant la décision de créer un comité de veille pour suivre l’approvisionnement du marché nationale en produits énergétiques.

Présidé par le ministre de l’Energie, des mines et de l’environnement, avec la participation de l’ensemble des intervenants des secteurs public et privé, ce comité tient des réunions périodiques afin de suivre l’opération de ravitaillement du marché national en produits énergétiques, de l’importation jusqu’à la distribution, ainsi que de prendre les mesures adéquates.

Dans ce sillage, en dépit de la demande exceptionnelle, particulièrement depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire et l’avènement du mois de Ramadan, l’approvisionnement du marché reste régulier à la faveur des nouvelles opérations de acquisitions confirmées par les acteurs du secteur. Ces opérations permettent de préserver les stocks actuels et de les améliorer pour les trois prochains mois.

De ce fait, les importations programmées et confirmées sont suffisantes pour couvrir les besoins nationaux en gaz butane avec la préservation d’un stock de réserve permanent oscillant entre 34 jours. Ces niveaux dépassent les besoins de consommation de cette matière au niveau national qui atteint environ 7.000 tonnes/jour.

Malgré la conjoncture actuelle, les acteurs du secteur poursuivent les activités de réception, de stockage et de distribution et ce, conformément à la stratégie nationale de lutte contre la pandémie du nouveau coronavirus (covid-19) à travers l’application de l’ensemble des mesures de prévention et de sécurité, outre l’activation du plan de continuité des travaux pour garantir l’approvisionnement du marché national dans de meilleures conditions.

Repli

Concernant les autres produits pétroliers, la demande des carburants a connu une baisse continue depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire qui a engendré une réduction de la circulation. Ce repli s’est accompagné d’une diminution des prix de vente aux consommateurs, suite essentiellement à la chute inédite des prix de pétrole sur le marché mondial.

Les stocks en produits pétroliers ont ainsi connu une nette hausse en raison de la baisse de la demande pour atteindre une couverture de 34 jours de consommation nationale pour le diesel et 45 jours pour l’essence, précise le communiqué, ajoutant que les sociétés du secteur ont préservé le même rythme d’importation afin de renforcer le stock de réserve et le garder à son niveau habituel.

Dans ce sens, le ministère fait part de la mobilisation globale et permanente de ses services et des acteurs du secteur en vue de veiller à garantir l’approvisionnement régulier du marché national en différents dérivés pétroliers et gaziers et ce, en parfaite coordination avec l’ensemble des intervenants, à faire face aux infractions susceptibles de perturber cette opération, à suivre la situation de l’approvisionnement du marché et à répondre, dans l’immédiat, aux réclamations des citoyens.