Les moyens de renforcer le principe de préférence nationale en matière d’opportunités d’investissement dans les secteurs des mines et de l’énergie ont été au centre d’une réunion tenue récemment à distance. Cette réunion présidée par le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, M. Aziz Rabbah a été marquée par la présence de plus de 40 participants dont des représentants d’établissements publics de l’énergie et des mines placés sous la tutelle du ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement, ainsi que des représentants du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, du ministère de l’Industrie et du commerce, de l’économie verte et numérique, du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, en plus du secteur privé représenté par la Confédération générale des entreprises du Maroc, la fédération de l’énergie et la fédération de l’industrie métallurgique.

A cette occasion, M. Rabbah a mis en avant l’importance des projets d’investissement des secteurs de l’énergie et des mines, soulignant la nécessité de mobiliser tous les moyens disponibles pour permettre aux entreprises marocaines de bénéficier de ces opportunités d’investissement, particulièrement, en appliquant le principe de la préférence nationale, en tant que mécanisme important pour soutenir l’entreprise marocaine dans les circonstances actuelles afin de surmonter les répercussions économiques et sociales de la pandémie du coronavirus.

Au cours de cette rencontre, il a été procédé à la présentation du cadre organisationnel du principe de préférence nationale, ainsi que des mesures restantes adoptées dans les secteurs de l’énergie et des mines, qui contribuent à promouvoir la compétitivité des entreprises nationales et à l’inclusion d’un pourcentage d’intégration industrielle dans les affaires liées aux projets d’énergie renouvelable. Le ministre a, en outre, salué la grande expérience accumulée par certaines entreprises nationales en matière de l’énergie et des mines, appelant dans ce contexte, à former un comité restreint permanent composé des secteurs public et privé, pour déterminer, dans les plus brefs délais, les meilleures pratiques et proposer des recommandations liées aux réformes réglementaires afin de permettre aux entreprises marocaines de bénéficier davantage des opportunités d’investissement disponibles dans les secteurs de l’énergie et des mines.