L’Allemagne poursuivra ses efforts pour soutenir la promotion de l’énergie verte au Maroc, “de façon à ce qu’il puisse atteindre ses objectifs de développement en la matière”, a affirmé le 10 décembre, l’ambassadeur d’Allemagne à Rabat, Götz Schmidt-Bremme.
De ce fait, des fonds supplémentaires seront consacrés à la promotion de l’hydrogène vert, particulièrement pour la construction de la première installation de référence industrielle sur le continent africain, a fait savoir M. Schmidt-Bremme, lors d’une conférence de presse virtuelle sur l’avancée de la coopération financière et technique maroco-allemande.
Il sera également question de la mise en place des structures nécessaires à la réalisation de cette ambition et de la mise à disposition de recherches scientifiques avancées et des innovations du secteur.
Rappelant l’excellence des relations de coopération et des liens d’amitié entre les deux pays, M. Schmidt-Bremme a noté que la coopération au développement constitue un pilier central des relations entre le Maroc et l’Allemagne.
Pour sa part, le directeur résident de l’agence allemande de coopération (GIZ) au Maroc, Lorenz Petersen, a relevé que l’Agence a élargi son appui au Royaume à travers sept nouveaux projets, particulièrement dans le développement des offres de formation professionnelle en milieu de travail, la promotion des métiers verts et de l’efficacité énergétique, l’amélioration de l’efficacité et la réutilisation de l’eau en milieu urbain, ainsi que la création d’emplois dans différents secteurs.
La GIZ, mandatée par le ministère de la Coopération économique et du développement, continue à accompagner ses partenaires marocains dans la mise en œuvre des réformes, ainsi que dans la relance économique et durable du Maroc, notamment via le développement de la production d’hydrogène vert et la mise en place des projets de recherche et d’investissement sur l’utilisation de cette source d’énergie écologique.
“La production de l’hydrogène vert et son utilisation représentent un potentiel considérable avec des effets positifs sur le climat dans la mesure où il permet son stockage à long terme et contribue à l’économisation du mix-énergétique”, a affirmé M. Petersen, notant que deux projets ont été présentés dans ce sens par l’Agence marocaine de l’énergie solaire (Masen) et l’Institut de recherche sur l’énergie solaire et les nouvelles énergies (Iresen) relatifs à la production d’hydrogène vert et la mise en place d’une plateforme de recherche sur cette source d’énergie ainsi que le transfert de connaissances et le renforcement des compétences en la matière.
Abordant la crise du Covid-19, il a souligné que son impact économique a nécessité des mesures globales pour limiter ses effets à long terme, notant que dans ce contexte, la GIZ a effectué des adaptations appropriées des concepts et des mesures de ses projets bilatéraux, de l’ordre de près de 14 millions DH.
Et de poursuivre: “À travers des mesures d’urgence contre les effets sociaux-économiques de la pandémie, la GIZ a pu mettre en œuvre douze mesures proches des priorités du Partenariat pour les réformes avec l’objectif de préserver les emplois, notamment en assurant la sécurité des très petites, petites et moyennes entreprises (TPME) ainsi que les start-ups”.
Ces mesures, a précisé M. Petersen, mettent l’accent sur les secteurs clés pour la gestion de la pandémie, tels que les services sociaux, la santé et l’hygiène, en particulier à travers de nouvelles approches numériques et en promouvant la transformation digitale.
Il a, par ailleurs, relevé que la GIZ continue à accompagner le Maroc dans sa dynamique des réformes engagées, notamment en matière de réforme du secteur financier, d’amélioration du climat des affaires et de l’investissement et de renforcement de la régionalisation avancée, dans l’optique de développer davantage le potentiel du secteur privé et de promouvoir une croissance économique durable et créatrice d’emplois.
Dans le même sillage, le directeur du bureau de la banque allemande de développement (KfW), Markus Faschina, a souligné que la coopération financière allemande repose essentiellement sur le secteur des énergies (production renouvelable et efficacité énergétique), l’approvisionnement en eau, l’assainissement et l’irrigation, ainsi que l’appui aux différentes réformes du secteur privé.
Les efforts déployés par KFW, visent essentiellement à favoriser le développement du secteur financier, en appuyant notamment les ambitieuses réformes du système financier menées par le ministère des finances, soutenir le mécanisme de garantie destiné aux Petites et moyennes entreprises (PME), faciliter l’accès aux microcrédits et l’utilisation des moyens de paiement digitaux et démocratiser l’accès aux divers produits d’assurances, a-t-il fait valoir.
Il s’agit, également, de financer des programmes d’alimentation en eau potable en milieu rural dans le cadre de programmes de réduction des disparités territoriales et sociales et l’équipement des villages de systèmes d’évacuation des eaux usées.