Mme Benali : « l’économie nationale devient progressivement plus sobre en carbone»

,

L’économie marocaine devient plus sobre en carbone avec une baisse moyenne annuelle de 2,2%, depuis 2004, de l’intensité des émissions nationales par unité de PIB, a indiqué la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Mme Leila Benali.
Intervenant lors d’une rencontre tenue par la CGEM et le Club de chefs d’entreprises France-Maroc, Mme Benali a mis en avant les chantier ambitieux engagés par le Maroc en matière de décarbonation conformément à la Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) qui vise à assurer une transition verte et inclusive à l’horizon 2030.

Notant que sur la base de la SNDD le Royaume s’est doté d’un Plan Climat National qui trace les orientations phares pour réussir les efforts d’adaptation des secteurs vulnérables, la ministre a affirmé que l’ambition nationale a été rehaussée avec une Contribution Déterminée au niveau National (CDN) actualisée qui vise à réduire les émissions de GES de plus de 45% à l’horizon 2030.

En outre, le Maroc, en restant fermement attaché aux objectifs de l’Accord de Paris, a également élaboré une Stratégie Bas Carbone 2050 (SBC), basée sur la nouvelle ambition de la CDN et sur le pari du Nouveau Modèle de Développement “Maroc champion de l’énergie compétitive et verte” d’ici 2035 en faisant de l’énergie un levier d’attractivité et de développement, a fait observer la ministre.

Pour ce qui est du secteur de l’électricité, Mme Benali s’est fait l’écho du projet de transition énergétique ambitieux qui prévoit 52% d’énergie renouvelable dans la capacité installée totale à l’horizon 2030.

Et de soutenir qu’aujourd’hui, 50 projets d’énergies renouvelables cumulant une puissance installée d’environ 4 GW sont en exploitation et une soixantaine de projets de différentes tailles sont en cours d’autorisation, de développement ou de réalisation, pour alimenter notamment des unités industrielles.

S’agissant du programme de décarbonation industrielle, Mme Benali a indiqué que son Département a entamé, en concertation avec le ministère de l’Industrie et du Commerce, la mise en œuvre d’un portefeuille de projets visant à doter les zones industrielles du Royaume en projets d’énergies renouvelables, dont les premiers besoins ont été estimés à 800 Gwh par an. Le premier projet est déjà autorisé pour la zone industrielle de Kenitra et d’autres sont en cours d’autorisation.

La ministre a aussi rappelé que les projets réalisés à ce jour sont rendus possibles grâce à la mise en place d’un cadre législatif, réglementaire et institutionnel approprié et amélioré en continu pour tenir compte de l’évolution rapide du secteur de l’énergie, mais surtout des orientations du Maroc.

A ce titre, Mme Benali a cité l’optimisation du climat des affaires, la facilitation et la dématérialisation des procédures d’investissement, le renforcement de la transparence ainsi que le développement de l’expertise nationale et d’une industrie et services locaux à même de maximiser l’impact socio-économique sur les citoyens et d’améliorer davantage le retour sur capitaux investis.