La gestion intégrée de l’eau dans les zones sèches au centre d’une rencontre à Dakhla

,

“La gestion intégrée de l’eau pour faire face au stress hydrique dans les zones sèches”, a été au centre d’une rencontre, organisée le 15 mai à Dakhla, à l’occasion des Journées mondiales de l’eau et de la terre.

Initié par l’association “Eau et Environnement” pour la recherche, le développement et la protection du consommateur, cet événement a pour objectif d’examiner les moyens de gestion du stress hydrique et de rationaliser la consommation des ressources en eau.

Cette rencontre a été également l’occasion de mettre en avant les efforts déployés au niveau national et local pour lutter contre le stress hydrique et de faire le point sur les mesures prises pour faire face à la baisse des précipitations.

S’exprimant à cette occasion, la présidente de l’association “Eau et Environnement” pour la recherche, le développement et la protection du consommateur, Aicha Saad, a mis l’accent sur le stress hydrique que subit actuellement le Maroc à l’instar d’autres pays, soulignant l’impératif d’une gestion rationnelle des ressources en eau.

Elle a, dans ce sens, relevé que le Maroc a toujours accordé un intérêt particulier à la mobilisation des ressources hydriques, en mettant en place des comités de vigilance pour assurer un suivi minutieux et responsable de cette question.

Pour sa part, le chercheur en hydrologie à la Faculté des sciences Ain Chock de Casablanca, Fouad Amraoui, a mis l’accent sur les grandes stratégies mises en place par le Maroc, conformément aux Hautes instructions de SM le Roi Mohammed VI, visant à gérer les ressources en eau, garantir la sécurité hydrique et à faire face aux changements climatiques.
M. Amraoui a également passé en revue le programme national pour l’approvisionnement en eau potable et l’irrigation 2020-2027, ayant pour objectif d’accélérer l’investissement dans le domaine de l’eau, à travers l’accompagnement de la demande croissante sur les ressources hydriques et la garantie de la sécurité hydrique du pays, tout en limitant les effets du changement climatique.

De son côté, le directeur régional de l’environnement à Dakhla-Oued Eddahab, Jamal Azikou, a jugé nécessaire de conjuguer les efforts de toutes les parties prenantes pour passer de l’étape de la sensibilisation à l’action, à travers notamment la préservation et la rationalisation des ressources en eau, l’encouragement des initiatives destinées à collecter les eaux pluviales, la lutte contre la pollution et la réutilisation des eaux usées traitées.

Ont pris part à cette rencontre des représentants de l’Agence du Bassin Hydraulique Sakia El Hamra et Oued Eddahab, de l’Observatoire national de l’environnement et du développement durable et de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, ainsi que des professeurs et des acteurs de la société civile œuvrant en faveur de la question de l’environnement.