Un plan d’action sera déployé à travers la commission nationale de l’hydrogène afin d’accompagner le développement des marchés et de la demande dans cette filière, a indiqué le ministre de l’Énergie, des mines et de l’environnement, Aziz Rabbah.
S’exprimant à l’occasion de la première édition virtuelle du WorldPtXSummit (1-3 décembre), organisée par l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) et l’Université Mohammed VI polytechnique, M. Rabbah a précisé que ce plan d’action vise aussi à préparer les infrastructures de l’export et à mettre en place un cadre réglementaire adéquat.
“Les priorités de ce plan d’action concernent le renforcement des compétences à travers la formation et la R&D, ainsi que la mise en place d’écosystèmes et de clusters dédiées à cette filière”, a ajouté le ministre qui a présenté les avancées du Royaume dans ce secteur.
Placé sous l’égide du ministère de l’Énergie, des mines et de l’environnement avec l’Allemagne comme invité d’honneur, cet événement digital mondial a constitué une plateforme régionale d’échange, dédiée à l’Hydrogène Vert et à ses applications (filière Power-To-X).
Lors de la session inaugurale de ce sommet, M. Rabbah a rappelé que l’Hydrogène Vert offre aujourd’hui une réelle opportunité pour le Royaume, soulignant que le partenariat international est un facteur clé pour l’émergence de la filière.
A cet égard, le premier accord signé avec l’Allemagne constitue un premier jalon.
Le directeur général de l’Association internationale des énergies renouvelables (IRENA), M. Francesco La Camera, a de son côté félicité le Royaume pour avoir été élu par ses membres comme coordinateur de l’initiative de l’Hydrogène Vert aux côtés de l’UE.
Pour sa part, le directeur général d’IRESEN, co-organisateur de ce sommet, Badr Ikken, a annoncé que l’institut est en train de mettre en place une nouvelle plateforme de recherche et de test dans le domaine Power to X.
Cette plateforme comprend, selon lui, différents projets pilotes pour produire de l’ammoniac vert, du méthanol vert et des carburants synthétiques avec des partenaires importants, tels que l’Université Mohammed VI Polytechnique, l’OCP et Fraunhofer, avec un fort soutien du gouvernement allemand.
Le Maroc conforte ainsi son rôle de contributeur actif dans la stratégie environnementale mondiale et se place d’ores et déjà comme acteur majeur dans le secteur de l’hydrogène vert et de ses applications.