OFID_ONEEDeux conventions de prêt et de garantie de prêt octroyé par le Fonds de l’OPEP pour le développement international (OFID) à l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE), pour financer la 2ème phase du Programme d’électrification rurale générale (PERG), ont été signées lundi 7 décembre à Paris, en marge de la Conférence mondiale sur le climat (COP21).

Signées par le ministre l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Abdelkader Amara, le directeur de l’ONEE, Ali Fassi Fihri, et le DG de l’OFID, Suleiman Jasir Al-Herbish, ces conventions ont pour objectif le financement de la 2ème phase de la dernière tranche du PERG avec un montant de 70 millions de dollars.
Le prêt est destiné à l’électrification de 723 douars répartis sur 49 provinces du Royaume, a indiqué M. Fassi Fihri dans une déclaration à la presse à l’issue de la cérémonie de signature.
Le PERG « s’inscrit dans le cadre des démarches adoptées par le Royaume depuis les années 90 pour améliorer les infrastructures et garantir une vie décente aux populations rurales », a affirmé M. Amara, qui s’exprimait lors de la cérémonie de signature.
Il a souligné l’importance de l’électricité, particulièrement dans une conjoncture marquée par ce que l’on appelle communément « la pauvreté énergétique », saluant l’expérience l’OFID en la matière.
La généralisation de l’accès à l’électricité et à l’eau potable est l’une des priorités du Maroc qui a pour objectif de désenclaver le monde rural, a-t-il précisé, se félicitant que le taux d’électrification dans le monde rural au Royaume dépasse 99,5 %, « un chiffre sans précédent au niveau de la région ».
Il a, à cette occasion, salué les relations excellentes liant le Maroc et l’OFID et son accompagnement des projets de l’ONEE.
Pour sa part, M. Suleiman Jasir Al-Herbish, a précisé que les projets financés par ce fonds au Maroc constituent 46 % du total de ses financements, se félicitant de la coopération de cet organisme avec le Royaume qui date de 1977.
Environ 3 milliards d’habitants dans le monde souffrent de la pauvreté énergétique, a-t-il déploré, précisant que le fonds octroie des prêts aux secteurs privé et public.

Dans une interview à L’Express, François Hollande souligne la difficulté pour les pays émergents de signer un accord contraignant qui pourrait brider leur développement économique.

L’obtention à Paris d’un accord universel contre le réchauffement climatique passera par les financements et des transferts de technologies vers les pays en développement, souligne dans une interview à L’Expresse le président français François Hollande, dont le pays accueillera lundi 30 novembre la conférence de l’ONU sur le climat. “Les pays émergents – Inde, Brésil, Chine, Afrique du Sud… – ne veulent pas que la lutte contre le réchauffement climatique bride leurs économies”, relève-t-il, estimant que c’est sur cette question du développement économique “qu’existe le principal risque de blocage”.

“Mais comment leur donner un droit de polluer sous prétexte qu’ils doivent rattraper leur retard? Ces arguments trouvent leur limite. En revanche, nous devons bâtir un système qui puisse leur fournir des financements et un accès aux nouvelles technologies pour réduire l’étape des énergies fossiles”, ajoute-t-il. “Nous devons aussi compter avec les pays les plus vulnérables”, ajoute François Hollande. “Eux estiment qu’on ne peut rien leur demander puisqu’ils sont les premières victimes. Ils exigent des mesures d’urgence et ne veulent pas attendre, car ils redoutent des mécanismes compliqués qui retarderaient les choix. Ils sont prêts à empêcher un accord, s’il est trop timide”.

Pour lui, “la solution est à chercher du côté du financement”. Les pays industrialisés se sont engagés en 2009 à fournir 100 milliards de dollars annuels à compter de 2020 pour financer les politiques climatiques des pays en développement. “Aujourd’hui, nous ne sommes pas très loin d’atteindre cet objectif”, dit le chef de l’Etat. “Les modes de contrôle (des engagements de réduction d’émission de CO2, ndlr) feront partie de l’accord”, assure-t-il aussi, tout en admettant que “peu de gouvernements acceptent que des institutions indépendantes aillent vérifier le respect de leurs obligations”.

“J’ai abordé cette question pour la première fois avec les Chinois lorsque le Premier ministre Li Keqiang est venu en juin à Paris présenter officiellement ici, à l’Elysée, la contribution de son pays à la COP21. J’ai bien senti ses réserves, mais il ne peut s’agir d’une intrusion”, ajoute-t-il.

Enfin concernant les producteurs de pétrole, qui n’ont pas tous présenté de plan national de réduction d’émissions en vue de la COP, François Hollande estime que “plutôt que de les mettre au pilori – je rappelle que nous sommes aussi des acheteurs de leur pétrole -, nous devons les accompagner dans la montée en puissance des énergies propres”. Les représentants de 195 Etats, réunis du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, vont tenter de trouver un accord pour limiter le réchauffement mondial, qui croît à un rythme inédit sous l’effet des gaz à effet de serre, pour l’essentiel liés à la combustion d’énergies fossiles. Cent quarante-sept chefs d’Etat et de gouvernement participeront.

Les engagements des Etats sont encore insuffisants pour limiter le réchauffement climatique à 2 C, principal objectif de la conférence de Paris prévue fin novembre, selon les estimations des Nations unies.
Dressant le bilan des engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’ONU note que ceux-ci devraient conduire tout droit vers un réchauffement de la planète proche de 3 C.
La conférence de Paris sur le climat (COP21) se fixe comme objectif de parvenir à un accord universel contenant la hausse des températures sous la barre de 2 C.
Sur les 195 pays membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), 146 avaient remis avant la date butoir du 1er octobre leur contribution au niveau national à la réduction des gaz à effet de serre. Ces contributions couvrent au total 86 % des émissions mondiales et donnent donc un aperçu assez robuste de la situation.
Le bilan établi par les Nations unies n’indique pas explicitement vers quelle trajectoire de réchauffement se dirige l’humanité, en raison de l’absence de données sur les émissions pour la période post-2030. Selon la secrétaire exécutive de la CCNUCC, Christiana Figueres, “les contributions nationales ont la capacité de limiter la hausse prévue des températures à environ 2,7 C d’ici à 2100”.
“Un effort mondial sans précédent est en cours pour lutter contre le changement climatique, renforçant la confiance que les nations peuvent, de façon rentable, atteindre leur objectif annoncé de maintenir la hausse globale des températures sous les 2 C”, assure l’ONU.

En l’état actuel, relève l’ONU, les engagements des Etats se traduiront par un niveau mondial d’émissions de gaz à effet de serre de 55,2 milliards de tonnes (gigatonnes) équivalent CO2 en 2025 et de 56,7 gigatonnes en 2030. Il s’agit ainsi d’une baisse de 9 % des rejets carbonés par habitant en 2030 par rapport à leur niveau de 1990, mais de 5 % seulement par rapport à celui de 2010.

La délégation marocaine est fortement mobilisée pour la 21è Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP 21) avec la participation de ministres, institutionnels et opérateurs économiques outre des représentants de la société civile, selon la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Environnement, Hakima El Haiti.
S’exprimant à l’ouverture d’une réunion de coordination de la délégation marocaine à la COP21, Mme El Haiti a également fait savoir que cette réunion vise à présenter l’état d’avancement des préparatifs à ladite Conférence et échanger sur les modalités de coordination de la participation du Maroc notamment dans le cadre des négociations, des side events et des espaces d’expositions.
La ministre a aussi souligné que la délégation marocaine envisage de mieux défendre la position nationale lors de ces négociations et mettre en valeur les progrès réalisés par notre pays en matière de politique de changement climatique et de développement durable d’une manière générale, en perspective de l’organisation de la 22ème Conférence des Parties à cette Convention à Marrakech l’année prochaine.
Intervenant par la même occasion, le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Driss El Yazami, a noté que le climat menace la jouissance des droits humains les plus élémentaires, notant le ferme engagement du Maroc à réussir la COP21 et par conséquent la COP22.
Le président du CNDH a, dans le même cadre, relevé l’impératif de renforcer la contribution de la société civile à ce débat international sur l’environnement de manière à hisser la prise de conscience quant aux enjeux climatiques et environnementaux.
De son côté, le directeur du Partenariat, de la coopération et de la communication au ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Mohamed Benyahia, s’est arrêté sur le volet technique de la manifestation, notant que le futur accord de la COP21 de Paris ne prendra effet qu’à partir de 2020.
Et de préciser que le texte de l’accord reflète les positions des différentes parties prenantes et présente les propositions et les options formulées.
Quant au directeur des changements climatiques, de la diversité biologique et de l’économie verte, M. Mohamed Nbou, il a estimé que le Maroc, à travers sa participation à la COP21, se positionne au cœur de l’agenda mondial du climat avec un engagement continu sur 3 ans.

Il s’est également félicité de la présence forte du Maroc sur 3 sites au niveau de la manifestation avec un programme diversifié d’animation et de promotion, notamment au niveau du pavillon Maroc dédié aux délégations officielles, le stand COP22 et le pavillon Maroc à la galerie des solutions, consacré au secteur privé.

La Conférence de Paris constitue une étape essentielle dans le processus de négociations climatiques et devrait convenir à un nouvel Accord international sur le Climat applicable à tous les pays et qui devra permettre de contenir le réchauffement global en deçà de 2 C.

8606589-13567742

La ministre déléguée chargée de l’Eau Charafat Afailal, a confirmé, mercredi à Paris, l’adhésion du Maroc au “Pacte de Paris sur l’eau et l’adaptation aux changements climatiques”, lancé dans le cadre de la Conférence mondiale sur le climat (COP21).

La ministre déléguée chargée de l’Eau Charafat Afailal, a confirmé, hier à Paris, l’adhésion du Maroc au “Pacte de Paris sur l’eau et l’adaptation aux changements climatiques”, lancé dans le cadre de la Conférence mondiale sur le climat (COP21). “Je salue le Pacte de Paris (sur la résilience de l’eau) auquel le Maroc adhère complètement”, a lancé Afailal lors d’un point de presse organisé dans le cadre de la journée “l’Agenda Paris-Lima : Focus sur la résilience de l’eau et des océans”. Ce pacte, qui permettra une résilience des systèmes de l’eau au dérèglement climatique, inclut les engagements individuels visant à mettre en oeuvre les plans d’adaptation, à renforcer le monitoring en matière d’eau, particulièrement dans les pays où il y a des bassins versants et à promouvoir la durabilité des financements et de nouveaux investissements dans les systèmes de gestion de l’eau.

Le Conseil Mondial de l’eau accompagnera le Maroc dans la préparation de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP 22), prévue en novembre 2016 à Marrakech, a affirmé, hier à Paris, le président honoraire du Conseil, Loïc Fauchon. “Nous allons préparer ensemble la COP 22 au travers d’un événement international sur l’eau et le climat qui aura lieu au printemps 2016 au Maroc pour assurer la transition entre les conférences de Paris et Marrakech”, a­t­il indiqué dans une déclaration en marge de sa participation à la journée de l’eau, organisée par le pavillon marocain à la COP 21. La communauté internationale est heureuse que le Maroc soit en charge de l’organisation de la COP 22, a­t­il ajouté, insistant sur la nécessité de donner toute sa place à l’eau lors de la conférence de Marrakech.

 

La ministre déléguée chargée de l’Environnement, Hakima El Haité, a annoncé officiellement, hier à Paris, que la ville de Marrakech abritera en novembre 2016 la prochaine édition de la Conférence des Nations unies sur le climat (COP 22). La COP 22 à Marrakech sera celle de l’innovation en matière d’adaptation et d’atténuation aux effets du changement climatique, a souligné El Haité qui s’exprimant lors d’une séance plénière dans le cadre de la COP 21, précisant qu’elle sera l’occasion de développer des outils opérationnels dans le cadre du plan Paris-Lima, puis Paris-Marrakech. La conférence de Marrakech sera une suite logique et opérationnelle à celle de Paris, a-t-elle indiqué, mettant l’accent sur la nécessité d’œuvrer à construire un monde meilleur. “C’est l’Afrique qui va vous accueillir à Marrakech”, a-t-elle dit à l’adresse des délégués des pays qui prennent part à la COP 21, notant que “Paris-Marrakech permettra de réécrire l’histoire de l’humanité”.

Dans une interview à L’Express, François Hollande souligne la difficulté pour les pays émergents de signer un accord contraignant qui pourrait brider leur développement économique.

CUke_uMWcAAFSeh

L’obtention à Paris d’un accord universel contre le réchauffement climatique passera par les financements et des transferts de technologies vers les pays en développement, souligne dans une interview à L’Expresse le président français François Hollande, dont le pays accueillera lundi 30 novembre la conférence de l’ONU sur le climat. “Les pays émergents – Inde, Brésil, Chine, Afrique du Sud… – ne veulent pas que la lutte contre le réchauffement climatique bride leurs économies”, relève-t-il, estimant que c’est sur cette question du développement économique “qu’existe le principal risque de blocage”.

“Mais comment leur donner un droit de polluer sous prétexte qu’ils doivent rattraper leur retard? Ces arguments trouvent leur limite. En revanche, nous devons bâtir un système qui puisse leur fournir des financements et un accès aux nouvelles technologies pour réduire l’étape des énergies fossiles”, ajoute-t-il. “Nous devons aussi compter avec les pays les plus vulnérables”, ajoute François Hollande. “Eux estiment qu’on ne peut rien leur demander puisqu’ils sont les premières victimes. Ils exigent des mesures d’urgence et ne veulent pas attendre, car ils redoutent des mécanismes compliqués qui retarderaient les choix. Ils sont prêts à empêcher un accord, s’il est trop timide”.

Pour lui, “la solution est à chercher du côté du financement”. Les pays industrialisés se sont engagés en 2009 à fournir 100 milliards de dollars annuels à compter de 2020 pour financer les politiques climatiques des pays en développement. “Aujourd’hui, nous ne sommes pas très loin d’atteindre cet objectif”, dit le chef de l’Etat. “Les modes de contrôle (des engagements de réduction d’émission de CO2, ndlr) feront partie de l’accord”, assure-t-il aussi, tout en admettant que “peu de gouvernements acceptent que des institutions indépendantes aillent vérifier le respect de leurs obligations”.

“J’ai abordé cette question pour la première fois avec les Chinois lorsque le Premier ministre Li Keqiang est venu en juin à Paris présenter officiellement ici, à l’Elysée, la contribution de son pays à la COP21. J’ai bien senti ses réserves, mais il ne peut s’agir d’une intrusion”, ajoute-t-il.

Enfin concernant les producteurs de pétrole, qui n’ont pas tous présenté de plan national de réduction d’émissions en vue de la COP, François Hollande estime que “plutôt que de les mettre au pilori – je rappelle que nous sommes aussi des acheteurs de leur pétrole -, nous devons les accompagner dans la montée en puissance des énergies propres”. Les représentants de 195 Etats, réunis du 30 novembre au 11 décembre au Bourget, vont tenter de trouver un accord pour limiter le réchauffement mondial, qui croît à un rythme inédit sous l’effet des gaz à effet de serre, pour l’essentiel liés à la combustion d’énergies fossiles. Cent quarante-sept chefs d’Etat et de gouvernement participeront.

Les engagements des Etats sont encore insuffisants pour limiter le réchauffement climatique à 2 C, principal objectif de la conférence de Paris prévue fin novembre, selon les estimations des Nations unies.
Dressant le bilan des engagements nationaux de réduction des émissions de gaz à effet de serre, l’ONU note que ceux-ci devraient conduire tout droit vers un réchauffement de la planète proche de 3 C.
La conférence de Paris sur le climat (COP21) se fixe comme objectif de parvenir à un accord universel contenant la hausse des températures sous la barre de 2 C.
Sur les 195 pays membres de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), 146 avaient remis avant la date butoir du 1er octobre leur contribution au niveau national à la réduction des gaz à effet de serre. Ces contributions couvrent au total 86 % des émissions mondiales et donnent donc un aperçu assez robuste de la situation.
Le bilan établi par les Nations unies n’indique pas explicitement vers quelle trajectoire de réchauffement se dirige l’humanité, en raison de l’absence de données sur les émissions pour la période post-2030. Selon la secrétaire exécutive de la CCNUCC, Christiana Figueres, “les contributions nationales ont la capacité de limiter la hausse prévue des températures à environ 2,7 C d’ici à 2100”.
“Un effort mondial sans précédent est en cours pour lutter contre le changement climatique, renforçant la confiance que les nations peuvent, de façon rentable, atteindre leur objectif annoncé de maintenir la hausse globale des températures sous les 2 C”, assure l’ONU.

En l’état actuel, relève l’ONU, les engagements des Etats se traduiront par un niveau mondial d’émissions de gaz à effet de serre de 55,2 milliards de tonnes (gigatonnes) équivalent CO2 en 2025 et de 56,7 gigatonnes en 2030. Il s’agit ainsi d’une baisse de 9 % des rejets carbonés par habitant en 2030 par rapport à leur niveau de 1990, mais de 5 % seulement par rapport à celui de 2010.

La délégation marocaine est fortement mobilisée pour la 21è Conférence des Parties à la Convention Cadre des Nations Unies sur le changement climatique (COP 21) avec la participation de ministres, institutionnels et opérateurs économiques outre des représentants de la société civile, selon la ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, chargée de l’Environnement, Hakima El Haiti.
S’exprimant à l’ouverture d’une réunion de coordination de la délégation marocaine à la COP21, Mme El Haiti a également fait savoir que cette réunion vise à présenter l’état d’avancement des préparatifs à ladite Conférence et échanger sur les modalités de coordination de la participation du Maroc notamment dans le cadre des négociations, des side events et des espaces d’expositions.

El-Haiti_COP21

Hakima El Haiti, ministre déléguée auprès du ministre de l’Energie, des Mines, de l’Eau et de l’Environnement, chargée de l’Environnement.

La ministre a aussi souligné que la délégation marocaine envisage de mieux défendre la position nationale lors de ces négociations et mettre en valeur les progrès réalisés par notre pays en matière de politique de changement climatique et de développement durable d’une manière générale, en perspective de l’organisation de la 22ème Conférence des Parties à cette Convention à Marrakech l’année prochaine.
Intervenant par la même occasion, le président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), Driss El Yazami, a noté que le climat menace la jouissance des droits humains les plus élémentaires, notant le ferme engagement du Maroc à réussir la COP21 et par conséquent la COP22.
Le président du CNDH a, dans le même cadre, relevé l’impératif de renforcer la contribution de la société civile à ce débat international sur l’environnement de manière à hisser la prise de conscience quant aux enjeux climatiques et environnementaux.
De son côté, le directeur du Partenariat, de la coopération et de la communication au ministère de l’Energie, des mines, de l’eau et de l’environnement, Mohamed Benyahia, s’est arrêté sur le volet technique de la manifestation, notant que le futur accord de la COP21 de Paris ne prendra effet qu’à partir de 2020.
Et de préciser que le texte de l’accord reflète les positions des différentes parties prenantes et présente les propositions et les options formulées.
Quant au directeur des changements climatiques, de la diversité biologique et de l’économie verte, M. Mohamed Nbou, il a estimé que le Maroc, à travers sa participation à la COP21, se positionne au cœur de l’agenda mondial du climat avec un engagement continu sur 3 ans.

Il s’est également félicité de la présence forte du Maroc sur 3 sites au niveau de la manifestation avec un programme diversifié d’animation et de promotion, notamment au niveau du pavillon Maroc dédié aux délégations officielles, le stand COP22 et le pavillon Maroc à la galerie des solutions, consacré au secteur privé.

La Conférence de Paris constitue une étape essentielle dans le processus de négociations climatiques et devrait convenir à un nouvel Accord international sur le Climat applicable à tous les pays et qui devra permettre de contenir le réchauffement global en deçà de 2 C.