Sénégal : Les réserves de gaz estimées à 450 milliards m3

Le gouvernement sénégalais a qualifié de « très importante » la découverte de gaz naturel à Gueumbeul (nord), estimant les réserves du gisement à 450 milliards de mètres cubes de gaz.
La société d’hydrocarbures américaine Kosmos Energy et la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) ont annoncé, le 27 janvier, avoir découvert un important gisement de gaz naturel, au « puits d’exploration Guembeul 1 », situé dans le nord du Sénégal.
Ces découvertes confirment « le potentiel du bassin sédimentaire du Sénégal » et « contribuent au renforcement du renouveau industriel engagé par le gouvernement à travers le Plan Sénégal émergent (PSE) ».
La société américaine Kosmos a signé début 2016 un Protocole d’entente (PE) avec la Société des pétroles du Sénégal (Petrosen) et la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier, fixant les principes d’une coopération inter-gouvernementale pour le développement du complexe Greater Tortue, qui couvre 1200 kilomètres carrés près de la frontière sénégalo-mauritanienne.
L’entreprise pétrolière britannique Cairn Energy avait annoncé, il y a un an, la découverte de pétrole à 1427 mètres de profondeur à 100 kilomètres des côtes sénégalaises. Une information confirmée par les autorités sénégalaises.

Energie et mines : Les britanniques s’intéressent au Maroc

Le ministre britannique chargé de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, Tobias Ellwood, a loué, jeudi 28 janvier à Londres, les énormes opportunités d’investissement offertes dans le secteur de l’énergie et des mines au Maroc. Intervenant lors d’une conférence internationale organisée dans la capitale britannique sur le rôle des énergies renouvelables pour le développement d’une industrie minière propre et compétitive, Tobias a affirmé que « le Maroc dispose d’importantes ressources minières en particulier de phosphates ». Il a aussi salué la stratégie adoptée par le pays en matière d’énergie qui accorde une grande importance aux énergies renouvelables.

LEP, un premier logement social à énergie positive au Maroc

Situé au cœur de l’Ecole Mohammed VI de Formation dans les Métiers du BTP de l’OFPPT inaugurée par le Roi Mohammed VI mercredi 27 janvier, dans la région de Settat, le logement à énergie positive «LEP» est un bâtiment dont le principe central résulte du solde positif entre l’énergie produite et l’énergie consommée.

C’est le « premier logement social à énergie positive au Maroc» de Cluster EMC (Efficacité Énergétique des Matériaux de Construction). A savoir, ce dernier rassemble des entreprises, des industriels et prestataires de service, des bureaux d’études, des architectes, des aménageurs, et des universités, œuvrant pour la promotion de la construction durable au Maroc. Objectif de ce premier logement à énergie positive : réduire les besoins énergétiques, maintenir des températures agréables, contrôler l’humidité et favoriser l‘éclairage naturel. Cette expérience dans le segment du logement social met en avant une architecture sobre et ambitieuse.

Rappelons que le Cluster EMC ou « Efficacité Energétique des Matériaux de Construction » rassemble des entreprises, des industriels et prestataires de service, des bureaux d’études, des architectes, des aménageurs, et des universités, œuvrant pour la promotion de la construction durable au Maroc.

Photovoltaïque : Les Japonais investissent dans une centrale à Marrakech

Le représentant de la société Sumitomo, spécialisée dans l’industrie électrique et particulièrement le photovoltaïque solaire, a annoncé qu’en perspective de la tenue de la COP 22, ladite entreprise va mettre en place en coordination avec l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN), une centrale photovoltaïque d’une capacité de 1 MW, aux environs de Marrakech.

L’annonce a été faite lors d’un entretien tenu, le 27 janvier à Rabat, entre la ministre déléguée chargée de l’environnement, Hakima El Haite, et l’Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Japon au Royaume, Tsuneo Kurokawa, qui était accompagné du représentant de Sumitomo. A noter que, en plus de ses acquis sur le plan environnemental, ce projet revêt une dimension sociale importante à travers la création d’emplois et servira de démonstration dans le domaine de l’énergie solaire pour une reproduction à grande échelle, souligne le ministère.

Energies renouvelables : Taqa se lance au Maroc

Implanté au Maroc depuis 2009, Taqa s’apprête à franchir un nouveau pas dans son développement au Maroc. En effet, après y avoir consacré plusieurs dizaines de millions de dirhams en études et frais préliminaires divers et dédié plus de 3 ans en développement, le géant émirati, qui opère la plus grande centrale à charbon de production d’électricité en Afrique (en l’occurrence celle de JLEC à Jorf Lasfar), est sur le point de clôturer son premier projet d’énergies renouvelables au Maroc. Il s’agit d’une ferme éolienne située à Tanger et plus précisément à quelques kilomètres en face de la zone franche de Melloussa (zone industrielle adossée au port Tanger Med).

Energies vertes : Investissements records en 2015

Plus de 320 milliards de dollars (MM$) ont été investis à travers le monde dans les énergies renouvelables en 2015, un record d’autant plus remarquable que les prix des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon) ont plongé, souligne l’étude de Bloomberg, ‘‘New Energy Finance’’ (BNEF).

Au total, 64 gigawatts de capacités éoliennes et 57 gigawatts de solaire photovoltaïque ont vu le jour l’an passé, ce qui s’est traduit par 329,3 MM$ d’investissements, en hausse de 4% par rapport à 2014. Cela illustre « l’amélioration de la compétitivité du solaire et de l’éolien », explique Michael Liebreich, le directeur de BNEF, alors que ces 2 énergies ont représenté à elles 2 environ la moitié de l’ensemble des capacités de production d’électricité installées dans le monde quelles que soient les sources d’énergie (fossiles, nucléaire et renouvelables). Ce record d’investissement efface des tablettes le précédent record établi en 2011 (317,9 MM$). A noter que la Chine est restée largement en tête avec 110,5 MM$ investis (+17% sur un an), devant les Etats-Unis avec 56 MM$ (+ 8% par rapport à 2014).

Pétrole : La plus grande compagnie au monde bientôt en bourse

L’Arabie saoudite envisage de placer en Bourse une partie du capital de sa compagnie pétrolière Saudi Aramco dans le cadre d’une vague de privatisations destinée à lever des fonds pour le Royaume dans un contexte de pétrole bon marché, a déclaré le vice-prince héritier d’Arabie saoudite Mohamed ben Salman. Pour rappel, Aramco est la plus grande compagnie pétrolière au monde avec des réserves d’environ 265 milliards de barils, soit plus de 15% des réserves mondiales. A noter que, en cas d’introduction en Bourse, elle pourrait devenir la première entreprise valorisée 1 000 milliards de dollars…

Energie solaire : Ouarzazate devient « tendance » pour les Américains

Le Parc solaire de Ouarzazate, un projet de grande envergure mis en place dans le désert marocain, constitue l’illustration parfaite d’une prise de conscience de la vitalité de l’énergie solaire à l’avenir, a écrit le site d’information américain « Gizmodo.com ». « Il ne fait aucun doute que l’énergie solaire est décisive pour l’avenir, une tendance qui favorise en fait le développement de centrales solaires gigantesques dans des endroits comme en Californie, en Chine et ailleurs. La première phase du complexe d’Ouarzazate Noor I du Maroc est un excellent exemple de cette tendance », souligne le site américain dans un article intitulé : « Une centrale solaire géante prend forme dans le désert du Sahara ».

Phosphates : L’OCP tient sa filiale américaine.

ocpL’Office chérifien des phosphates (OCP) vient d’être autorisé à s’installer en Amérique du Nord où il sera représenté par OCP Research Services, LLC, société qu’il détient à 100%. Et selon une récente décision signée par le Chef de gouvernement, Abdelilah Benkirane et le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Boussaid, l’OCP est désormais en droit de créer une filiale en Amérique du Nord sous la dénomination « OCP Research Services, LLC », société détenue à 100% par l’OCP et dotée d’un capital social de 2,6 millions de dirhams. La mission de cette société sera de renforcer les contacts avec les clients actuels et potentiels, mais aussi de faire un travail de veille stratégique en relation avec tout ce qui concerne le marché des phosphates et l’évolution des cours à l’international. Pour rappel, la décision de créer cette société avait été prise en février 2011 lors d’un conseil d’administration de l’Office, mais il a fallu attendre le feu vert du gouvernement. C’est chose faite !

L’IRESEN finance un projet d’une cartographie du productible photovoltaïque au Maroc

IRESENL’Institut de Recherche en Energie Solaire et Energies Nouvelles (IRESEN) finance un projet de recherche impliquant toutes les universités publiques marocaines pour le développement d’une cartographie du productible photovoltaïque au Maroc.
Ce projet, financé par IRESEN dans le cadre de l’appel à projets InnoPV à hauteur de 5 millions DH, a été lancé en 2013 afin de développer une cartographie pour la prédiction du productible photovoltaïque au niveau du Royaume pour différentes technologies de modules photovoltaïques.
En effet, ce projet de recherche ambitieux et d’envergure nationale, intitulé « Productivité Photovoltaïque à l’échelle régionale dans tout le Maroc » « PROPRE.MA », a abouti à la conception de cartes du productible photovoltaïque réel au niveau du Maroc.
Cette réalisation représente une innovation majeure et diffère des méthodes conventionnelles puisqu’elle permet l’obtention de cartes calibrées aux sols avec un taux de corrélation élevé grâces à 3 technologies de modules photovoltaïques, implémentées au niveau de 20 établissements d’enseignement supérieur.