Elec expo, EneR Event et Tronica Expo en octobre prochain

La Fédération Nationale de l’Electricité, de l’Electronique et des Energies Renouvelables (FENELEC) organisera, du 04 au 07 Octobre 2017 à la Foire Internationale de Casablanca, son Salon global qui regroupera :

– La 11e édition d’Elec expo : Salon International de l’Electricité, de l’Eclairage, de l’Electrotechnique et de l’Automatisation Industrielle,

– La 6e édition d’EneR Event : Salon International des Energies Renouvelables et de l’Efficacité Energétique

– La 5e édition de Tronica Expo : Salon International des Composants, Systèmes et Applications Electronique.

Cet événement constitue un rendez-vous international incontournable et un hub régional pour les différents intervenants de ces trois secteurs-clés. Les fournisseurs d’électrotechnique ainsi que les professionnels des énergies renouvelables et des composants électroniques y trouveront une plateforme commerciale idéale. Echanges, rencontres, conférences, partenariats, conventions et signatures de contrats rythmeront les quatre jours de cet événement toujours très attendu par la communauté des professionnels des secteurs concernés.

Le Maroc forme les électriciens africains

Une session internationale de formation au profit des formateurs du Réseau africain des centres d’excellence en électricité (RACEE) a été lancée, mardi 24 janvier à Casablanca, à l’initiative de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et de l’Association des sociétés d’électricité d’Afrique (ASEA). Cette session de formation porte sur les thèmes de production, de transport, de la distribution et de l’électricité. Marquée par la participation d’environ 60 formateurs, issus de l’Afrique du Sud, de l’Algérie, de la Zambie, du Kenya, du Togo et de la Côte d’Ivoire, outre du Maroc, cette initiative continentale bénéficie du soutien du Fonds africain de développement du groupe de la Banque africaine de développement (BAD), de l’Agence française de développement (AFD) et des Sociétés d’électricité d’Afrique (SDE). S’exprimant à cette occasion, le directeur général de l’ASEA, Abel

Didier Tella, a indiqué que cette session de formation intervient après la tenue de deux sessions en Côte d’Ivoire au cours des mois de septembre et d’octobre de l’année précédente, soulignant que cette initiative s’assigne pour objectifs d’accélérer l’animation d’une plateforme de concertation et de réseautage des formateurs des Centres d’excellence en électricité. Cette session de formation ambitionne également d’encourager l’échange des visites de travail entre les formateurs des Centres d’excellence en électricité mais aussi entre les sociétés opérant dans l’électricité, a-t-il ajouté. De son côté, Youssef El Kettani, directeur de la formation et de développement des compétences à l’ONEE, a fait savoir que cette session concerne la production, le transport, la distribution et l’électricité, notant que chaque centre d’excellence traitera un thème de son choix et le présentera en plénière finale devant tous les formateurs et le comité de pilotage afin de favoriser l’échange entre les formateurs des centres d’excellence. Et d’ajouter que ce projet vise à améliorer la performance du secteur de l’électricité en Afrique et d’intensifier les échanges régionaux grâce au renforcement des capacités techniques et managériales dans les différents domaines, particulièrement la gouvernance du secteur. La cérémonie d’ouverture de cette session de formation a été ponctuée par la présence des représentants des bailleurs de fonds, des directeurs des grandes écoles marocaines, des directeurs des centres d’excellence ainsi que du représentant de l’Union africaine.

Vivo Energy Maroc lance une vaste campagne de sensibilisation avec le CNPAC

Depuis 2015, dans le cadre de la convention de partenariat sur la prévention et la sécurité routière, le Comité National de Prévention des Accidents de la Circulation (CNPAC) et Vivo Energy Maroc organisent, en collaboration avec le Syndicat National des Écoles

Privées, une opération de sensibilisation à la sécurité des transports scolaires dans les écoles primaires de Casablanca et d’une dizaine de villes du Maroc.

Intitulée «Transport scolaire en toute sécurité», cette nouvelle édition lancée le 25 janvier, touche cette année plus de seize mille enfants scolarisés au niveau de la ville de Casablanca ainsi que cinq cent chauffeurs de bus scolaires, accompagnatrices et directeurs d’écoles publiques et privées pour ensuite s’étendre à travers les villes du Royaume. Ce programme vise à initier les enfants aux règles du bon usage des transports scolaires par le biais d’ateliers théoriques et ludiques et à promouvoir la culture de la sécurité routière auprès des chauffeurs de transports scolaires dans la ville de Casablanca.

Cette initiative est appuyée par la distribution de supports pédagogiques aux élèves et aux chauffeurs de bus scolaires, rappelant les bonnes pratiques en matière de transports scolaires.

Électricité : Taqa premier producteur au Maroc

Dans son rapport annuel, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) souligne que la production nationale d’électricité s’est élevée à 29.914,2 GWh à fin 2015, dont plus de 35% réalisée par l’Office et 64% par les producteurs privés. L’énergie électrique totale appelée a atteint, elle, 34.413 GWh, et a été satisfaite à hauteur de 14,9% par les importations.

L’ONEE a assuré plus de 35% de la production nationale d’électricité en 2015. Dans son rapport annuel, l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (branche Électricité) souligne que la production nationale s’est élevée à 29.914,2 gigawatts-heures (GWh) à fin 2015, permettant de satisfaire 86,9% de la demande d’énergie. La production totale des centrales de l’ONEE s’est élevée à 10.491,674 GWh, permettant ainsi de satisfaire 30,5% de la demande d’énergie. Cette production de l’Office est constituée essentiellement du thermique (7.626,3 GWh) devant l’hydraulique (2.281,5 GWh) et l’éolien (583,9 GWh). La production solaire de l’ONEE n’a atteint que 5,664 GWh. Ce sont donc les producteurs privés d’électricité qui pèsent près de 65% (64,62%) dans la production nationale, avec 19.361,4 GWh, en augmentation de 10,2% par rapport à l’année 2014.

Selon le rapport, Taqa Morocco (ex-Jorf Lasfar Energy Company) est le premier producteur avec 14.930,8 GWh, dépassant ainsi l’ONEE, loin devant l’Énergie électrique de Tahaddart (filiale de l’ONEE, de l’espagnol Endesa et de l’allemand Siemens) qui a produit 2.490,8 GWh et Tarfaya Energy Company (filiale de Nareva et Engie) avec 1.009,7 GWh. Sur la liste des producteurs privés figurent également la Compagnie éolienne du Détroit (filiale de Theolia : 141,6 GWh et Masen (Centrale Noor 1 : 4,3 GWh).

Globalement, à fin décembre 2015, l’énergie électrique totale appelée (la demande) a atteint 34.413 GWh, en augmentation de 2,6%. La répartition de l’énergie injectée par nature de combustibles montre que la demande a été satisfaite par le charbon (49%), devant le gaz naturel (16,6%), les importations (14,9%), les énergies renouvelables (13,4%) et le Fioul+Gasoil (6%).

Concernant les ventes d’énergie électrique pour l’année 2015, elles ont atteint 29.381 GWh, en hausse de 1,9%. Les ventes à travers le réseau de distribution ONEE représentent 43,9% du total, soit plus de 12.899 GWh. Les ventes aux distributeurs tiers se sont élevées à plus de 12.362 GWh, soit 42,1%. Lydec représente 33,8% des ventes aux distributeurs, Redal 17,6%, Amendis Tanger 11,1% et la Radeema 9,6%. Viennent ensuite les ventes aux clients directs Grands Comptes qui ont atteint 4.119 GWh à fin décembre 2015 (une part de 14%). Les cimentiers ont constitué le segment d’activité le plus important en termes de consommation avec une part de 24%, suivis du secteur minier (19,6%), de la sidérurgie (18,8%) et de la chimie (16,5%). Au 31 décembre 2015, le portefeuille clients ONEE a atteint 5.392.486 clients (dont 923.742 clients à pré-paiement «Nour»), soit une évolution de 4,9% par rapport à 2014.

Les clients de la Basse tension (BT) accaparent 99,59% du portefeuille, avec 88,44% pour les ménages. Pour ce qui est du réseau de transport, à fin 2015, l’ONEE a procédé à la mise en service de divers ouvrages transport lignes et postes totalisant 1.200 MVA (méga-voltampère) en puissance et 1.308 km de lignes Haute et Très haute tensions (HT-THT).

CleanTech Innovation Challenge : Trois projets d’innovation sacrés

Trois lauréats ont été primés lors de la phase finale du Programme CleanTech Innovation Challenge (CTIC), qui s’est déroulée dernièrement à Casablanca, avec la participation de huit jeunes finalistes porteurs de projets d’innovation. Il s’agit de Hanane Rifai, Ghizlane Enaime et Hassan El Hemer qui ont reçu la somme de 10.000 dollars chacun après avoir présenté et défendu leurs projets, dont l’objectif est d’introduire le concept de la production propre aux secteurs du transport, de l’agriculture et du BTP, devant un Jury d’experts. Ces candidats entrepreneurs porteurs de projets d’innovation ont présenté des projets visant à tirer profit de la réutilisation des déchets, de l’énergie solaire, et de l’efficacité énergétique. Cette cérémonie a été marquée par la présence de la consule des États-Unis à Casablanca, Mme. Nicole Theriot, qui a souligné, dans son allocution, l’importance de l’innovation dans le développement économique et l’encouragement des jeunes entrepreneurs. La consule a, par ailleurs, mis l’accent sur les différents projets de coopération entre le Maroc et les États-Unis, notamment dans le domaine de l’entrepreneuriat, de l’énergie et de l’innovation. Initié par le Département d’État américain en partenariat avec MASEN, l’américain VentureWell et Maroc4Invest, le CTIC Maroc est conçu pour encourager la collaboration entre les établissements gouvernementaux, les institutions académiques et le secteur privé afin de maximiser les opportunités offertes par la révolution des technologies propres au Maroc. Le CTIC reflète la reconnaissance partagée par le Maroc et les

États-Unis des menaces posées par le changement climatique et les engagements respectifs des deux pays à poursuivre des stratégies à long terme pour les atténuer.

Hausse de 2,7% de la production de l’énergie électrique à fin novembre 2016

La production de l’énergie électrique s’est améliorée, en glissement annuel, de 2,7% à fin novembre 2016, selon la Direction des études et des prévisions financières, relavant du ministère de l’Économie et des Finances. Cette performance est imputable à la hausse de la production privée de 3,1% et de celle des projets développés dans le cadre de la loi 13-09 relative aux énergies renouvelables de 38,4%, explique la DEPF dans sa note de conjoncture du mois de janvier, notant que la production de l’Office national de l’électricité et de l’eau (ONEE), qui recouvre une augmentation de la production de l’énergie d’origine thermique (+7,3%) et éolienne (+5,8%), ainsi qu’une baisse de celle hydraulique (-25,8%), a affiché une stagnation au titre des onze premiers mois de l’année 2016. Parallèlement à cette évolution, le volume des importations de l’énergie électrique s’est accru de 6,5% à fin novembre 2016, tandis que l’énergie nette appelée a progressé de 3,2% contre 2,5% à fin novembre 2015. Quant à la consommation de l’énergie électrique, elle s’est améliorée de 3,3% durant les onze premiers mois de l’année écoulée, profitant de la progression de la consommation de l’énergie de très haute, haute et moyenne tension de 4%, en lien avec l’augmentation de celle des distributeurs (+2%) et celles des autres abonnés, utilisée principalement par le secteur manufacturier (+6,6%). Pour ce qui est de la consommation de l’énergie de basse tension, elle s’est accrue de 0,9%, note la DEPF, ajoutant que dans ces

conditions, le volume des ventes de l’énergie électrique a affiché une hausse de 2,1% à fin novembre 2016, après une augmentation 2% un an plus tôt, soutenu par le renforcement de la consommation de l’énergie de très haute, haute et moyenne tension de 1,5% et celle de basse tension (+3,8%).

Maroc-CCG : Renforcement de la coopération environnementale

Une rencontre de haut niveau a réuni, mardi 25 janvier à Rabat, des responsables marocains et leurs homologues des pays du Conseil de coopération du Golfe (CCG) autour du renforcement de la coopération et de la coordination dans le domaine environnemental et du développement durable, à l’initiative du ministère délégué chargé de l’Environnement. Cette rencontre, à laquelle ont pris part de haut responsables marocains et des pays du CCG, a été l’occasion pour examiner l’échange d’expériences en matière d’élaboration des rapports environnementaux et des communications nationales sur les changements climatiques ainsi que la coordination des efforts

concernant les conventions environnementales et de discuter des projets environnementaux communs. Elle a eu, également, pour objectifs de mettre l’accent sur les opportunités et les défis à relever des deux côtés pour promouvoir leur coopération dans le domaine de la préservation de l’environnement, de la promotion du développement durable et de la lutte contre les changements climatiques. Cette manifestation scientifique, inscrite dans le cadre de la « forte » coopération entre le Maroc et les pays du CCG, se veut aussi une occasion pour mettre en place des bases solides de la coopération dans le domaine environnemental, conformément aux conventions signées entre les deux parties en matière de développement durable et d’environnement, a indiqué le secrétaire général du ministère délégué chargé de l’environnement, Abdelouahed Fikrat. Pour sa part, le ministre de l’Environnement et des affaires climatiques de Sultanat d’Oman, Najib Ben Ali Ahmed Al-Rawas, a affirmé que la coopération dans le domaine de l’environnement est devenue un besoin urgent de par le monde, relevant que les pays arabes sont appelés plus que jamais à renforcer leur coopération en vue de faire face aux phénomènes climatiques qui dépassent les frontières politiques. Il a aussi souligné que les problèmes environnementaux ont pris dernièrement de nouvelles dimensions, ajoutant que les pays du CCG, qui ont consentis d’énormes efforts pour la préservation de l’environnement, ne ménagent aucun effort pour parvenir à des solutions communes en vue de relever ces défis avec le moins de dommages possibles. Cette rencontre, ayant sanctionné une réunion de haut niveau entre le ministère délégué chargé de l’Environnement et les représentants des ministres de l’Environnement des pays du CCG, a été marquée par la présentation de la stratégie nationale marocaine de développement durable ainsi que des exposés d’institutions nationales autour de leur contribution en matière d’appui des politiques de promotion du développement durable et

la lutte contre les changements climatiques. Les représentants des ministères des pays du CCG ont effectué une visite au laboratoire national de lutte contre la pollution environnementale et à l’Agence marocaine de l’énergie solaire (MASEN).

2,6 milliards de DH pour le parc éolien de Jbel Lahdid près d’Essaouira

Le projet du parc éolien de Jbel Lahdid (25 km au nord-est d’Essaouira), dont le lancement des travaux est prévu pour cette année, a été présenté, mercredi 26 janvier à Essaouira, par des cadres de l’Office national d’électricité et de l’eau potable (ONEE-Branche électricité), lors d’une journée d’information et d’échanges. D’un investissement global de 11 milliards DH, dont 2,67 milliards DH pour le projet de parc éolien Jbal Lahdid, ce projet d’envergure nationale bénéficiera d’un financement de la Banque européenne de développement (200 millions euros), la coopération maroco-allemande par le biais de KFW (130 millions euros), la Banque africaine du développement (31 millions de dollars et 40 millions euros) et de l’Union européenne (15 millions euros).
Le projet « 
Jbel Lahdid » qui sera érigé sur 2.557 ha, consiste en la construction d’un parc éolien d’une capacité installée totale de 200 Mégawatts. Près de 60 éoliennes seront installées aux crêtes du Jbel Kourati et Jbel Lahdid.
Ce projet remplacera environ 158.103 tonnes équivalent de pétroles et évitera les émissions dans l’atmosphère d’environ 475.200 tonnes de CO2/an.
Ce projet a pour objectifs la valorisation du potentiel marocain d’énergie éolienne et le développement d’une industrie éolienne marocaine par le biais du transfert d’un savoir-faire.
Dans une allocution de circonstance, le gouverneur de la province d’Essaouira, Jamal Makhtatar, a souligné que le projet du parc éolien de Jbel Lahdid s’inscrit dans le cadre de la mise en place de la nouvelle stratégie énergétique du Maroc lancée par SM le Roi Mohammed VI.
Cette stratégie, adoptée en mars 2009, a pour objectifs principaux de sécuriser l’approvisionnement en diverses formes d’énergie, d’en assurer l’accessibilité à des prix optimisés, de rationaliser l’utilisation des sources énergétiques tout en veillant au respect de l’environnement.
La responsable du bureau d’étude a présenté les conclusions de l’Étude d’impact environnemental et social stratégique (EIES) du parc éolien de Jbel Lahdid.
Les éoliennes seront installées loin des agglomérats, a-t-elle assuré, ajoutant que le site sera en harmonie avec son environnement.
« Il n y a pas d’incompatibilité environnementale ou sociale pour
l’installation du parc éolien Jbel Lahdid », a-t-elle conclu.
Les autres intervenants, dont des représentants de la société civile et des élus, ont relevé que ce projet aura un impact positif sur les communes de Moulay Bouzerktoun, Had Dra, Akermoud, Talmest, Kourati, Abdeljalil, Takat, qui sont directement concernées par ce projet.
Ce projet aura aussi des impacts positifs sur l’économie locale, ont-ils noté, ajoutant que le projet contribuera à la création de postes d’emploi durant les étapes de réalisation et d’exploitation, la construction de routes et la construction d’infrastructures dans les communes concernées.
A rappeler que ce projet sera géré par l’Agence marocaine pour l’énergie solaire (MASEN) ou/et l’ONEE-BE.
Organisée par la Province d’Essaouira en partenariat avec l’ONEE-Branche électricité, cette rencontre a connu la participation notamment des chefs des services extérieurs, des représentants d’institutions centrales et régionales concernées par le thème de l’environnement, des chercheurs universitaires de l’Université Cadi Ayyad de Marrakech, des élus et des représentants de la société civile.
Cet événement a permis de présenter les différents aspects du développement du projet envisagé et de répondre aux questions relatives à la phase de construction, à la période d’exploitation, mais également au respect des contraintes d’urbanisme et de la diversité environnementale.

Sommet sur la coopération régionale dans le domaine de l’énergie à Abidjan

Le président de la Fédération de l’Énergie a pris part les 26 et 27 janvier à Abidjan au Sommet sur la coopération régionale dans le domaine de l’énergie qui a porté sur les opportunités de projets transfrontaliers ainsi que les investissements dans l’ensemble de la région ouest-africaine.

Les communications au cours de cette rencontre se sont intéressées également à la coopération régionale et la livraison d’énergie, l’importance du gaz dans l’accélération du rythme du développement régional, le rôle du secteur privé et les méthodes novatrices pour le financement des projets.

Les travaux de ce sommet ont été animés par :

– S. E. l’honorable Patrick Sendolo, ministre des Mines, des Terres et de l’Énergie de la République du Liberia ; – S. E. le professeur Alpha Oumar Dissa, ministre de l’Énergie, des Mines et des Carrières du Burkina Faso ; – Siengui Ki, Secrétaire exécutif, EEEOA ; – Houssou, ministre de l’Énergie, de l’Eau et des Mines, Bénin ; – Mouhamadou Makhtar Cissé, PDG de Sénélec, Sénégal ; – Paul Marie A. Sagna Lakh, secrétaire général, Commission de régulation du secteur de l’électricité (CRSE), Sénégal ; – Djiby Ndiaye, directeur général de l’Agence nationale pour les énergies renouvelables (ANER), Sénégal ; – Yesufu Longe Alonge, responsable de l’approvisionnement et des contrats d’électricité, NBET, Nigeria ;

– Moussa Ombotimbe, directeur national adjoint de l’énergie, Direction nationale de l’énergie (DNE), Mali ; – Eng. Júlio António Raúl, directeur des énergies renouvelables et de l’énergie nationale, ministère de l’énergie et de l’industrie, Guinée-Bissau ; – Spero Mensah, Président d’Africa Power Group, ancien ministre de l’énergie du Bénin ;

– Ifey Ikeonu, ancienne présidente de l’autorité de régulation de l’électricité régionale de la CÉDÉAO ; – Bernhard van Meeteren, responsable principal des investissements, FMO ; – Romain Py, chef des opérations, African Infrastructure Investment Managers (AIIM) ; – Mamadou Touré, fondateur et PDG, Ubuntu Capital ; – Matthias Adler, chef de division, Infrastructure, secteur financier pour l’Afrique de l’Ouest, KfW ; – Rachid Idrissi Kaitouni, Président de la Fédération marocaine de l’énergie ; – Cassandra Colbert, représentante résidente en Côte d’Ivoire, Société financière internationale ; – Ransome Owan, directeur général du groupe, Aiteo Power, Infrastructure et Immobilier.

Innovations vertes : Les 3 marocains « CleanTech » de l’année

Trois lauréats ont été primés lors de la phase finale du Programme « CleanTech Innovation Challenge » (CTIC), qui s’est déroulée vendredi 20 janvier à Casablanca, avec la participation de 8 jeunes finalistes porteurs de projets d’innovation. Hanane Rifai, Ghizlane Enaime et Hassan El Hemer ont reçu la somme de 10 000 dollars chacun après avoir présenté et défendu leurs projets, dont l’objectif est d’introduire le concept de la production propre aux secteurs du transport, de l’agriculture et du BTP, devant un Jury d’experts.

Ces candidats entrepreneurs ont présenté des projets innovants visant à tirer profit de la réutilisation des déchets, de l’énergie solaire, et de l’efficacité énergétique. Pour rappel, le CTIC Maroc est initié par le Département d’Etat américain en partenariat avec la société marocaine MASEN, l’américain VentureWell et Maroc4Invest.